Boko Haram: l'Union africaine veut une force de 7500 hommes

L'Union africaine (UA) appelle à la mise en place d'une force régionale de 7500 hommes pour mettre fin aux abus 'épouvantables' de Boko Haram. La secte islamiste s'est emparée de territoires entiers du nord-est du Nigeria et multiplie les incursions au Cameroun voisin.

Une coopération militaire a été décidée fin 2014 entre les pays membres de la commission du bassin du lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigeria et Tchad). Mais cette force de quelque 700 soldats de chaque pays, ainsi que du Bénin, peine à se matérialiser du fait de dissensions entre Abuja et ses voisins.

L'UA avait déjà appelé le 21 janvier à 'finaliser' rapidement la force anti-Boko Haram, après l'arrivée d'un important contingent tchadien au Cameroun.

'Je suis profondément inquiète de la situation actuelle, qui est le résultat des activités terroristes de Boko Haram, et de la récente escalade des violences constatée sur le terrain', a indiqué la présidente de la commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma.

Insurrection depuis 2009

'Les attaques continuelles dans le nord-est du Nigeria et la multiplication des attaques dans le bassin du lac Tchad, le long de la frontière avec le Tchad et le Cameroun, peuvent déstabiliser la région tout entière, avec des conséquences humanitaires et sur la sécurité d'une portée considérable', a-t-elle estimé.

Au Nigeria Boko Haram, dont l'insurrection et la répression par l'armée ont fait plus de 13'000 morts depuis 2009, s'est encore manifesté le 25 janvier avec la prise de la localité de Monguno et une offensive sur Maiduguri, capitale régionale.

Sur le terrain, les troupes tchadiennes ont chassé les islamistes d'une ville frontalière du nord du Nigeria qu'ils avaient conquise en novembre, a-t-on déclaré jeudi de sources militaires au Niger.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.