Boîtes noires retrouvées sur le site du crash en Papouasie

Boîtes noires retrouvées sur le site du crash en Papouasie

Photo: Keystone

La récupération des corps des 54 victimes du crash d'un avion de ligne dimanche dans une région montagneuse de l'est de l'Indonésie a repris mercredi matin. Par ailleurs, les autorités ont annoncé que les boîtes noires ont été récupérées.

Les équipes de secours déployées sur le site dans la province orientale de Papouasie ont également retrouvé les billets de banque -en partie brûlés- provenant des quelque 6,5 milliards de roupies (450'000 francs). Cet argent était transporté par des employés de la Poste pour le distribuer à des familles pauvres de la région.

L'appareil, un ATR 42-300 de la compagnie indonésienne Trigana Air, qui transportait 44 passagers adultes, cinq enfants et cinq membres d'équipage, tous Indonésiens, s'est écrasé par mauvais temps dans les montagnes Bintang. Cet endroit de la jungle dépourvu de voie d'accès terrestre, est situé à une quinzaine de kilomètres de l'aéroport d'Oksibil où l'avion devait atterrir.

Les secours vont donc devoir hélitreuiller les corps des victimes, a expliqué le directeur de l'agence nationale de recherches et de secours, Bambang Soelistyo. Les opérations avaient été suspendues mardi après-midi en raison d'un épais brouillard.

Enquêteurs français

Une centaine de secouristes, parmi lesquels des policiers et militaires, participent aux opérations qui avaient déjà été suspendues lundi en raison du mauvais temps et d'une visibilité très réduite. Les débris de l'avion et les corps de ses 54 occupants ont été découverts mardi.

Une équipe de trois enquêteurs du Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) et quatre conseillers techniques de l'avionneur franco-italien ATR sont partis mardi soir pour Jakarta. ATR est une filiale d'Airbus et de l'Italien Finmeccanica. Ses avions sont assemblés à Toulouse, dans le sud-ouest de la France.

Mauvais temps

L'appareil avait disparu dimanche des écrans radar lors d'un vol de quelque 45 minutes entre Jayapura, capitale de la Papouasie, et Oksibil, ville à un peu moins de 300 kilomètres au sud. Le contact avait été perdu dix minutes avant l'atterrissage, après que le pilote eut demandé l'autorisation d'entamer la descente par mauvais temps.

Cet accident d'avion de la compagnie Trigana Air est la troisième catastrophe aérienne en moins d'un an dans ce pays d'Asie du Sud-Est affichant un piètre bilan en matière de sécurité aéronautique. La Papouasie est souvent desservie par de petits appareils, et la météo a été à l'origine de plusieurs accidents ces dernières années.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.