Amnesty International accuse le Hamas de crimes de guerre à Gaza

Amnesty International a accusé mercredi le Hamas de crimes de guerre contre des civils palestiniens lors de la guerre de 2014 contre Israël. Le groupe islamiste se serait servi du conflit pour 'régler ses comptes' avec ses rivaux, exécutant au moins 23 personnes.

'Les forces du Hamas se sont livré à une campagne brutale d'enlèvements, de tortures et d'assassinats contre des Palestiniens accusés de 'collaboration' avec Israël et d'autres lors de l'offensive militaire menée par Israël contre Gaza', écrit AI dans un rapport.

Le document publié à Londres détaille 'les exécutions sommaires d'au moins 23 Palestiniens et l'arrestation et la torture de dizaines d'autres'.

'Il est absolument épouvantable que, tandis que les forces israéliennes infligeaient des pertes humaines et matérielles massives au peuple de Gaza, les forces du Hamas en aient profité pour régler sans vergogne leurs comptes, menant une série d'assassinats et d'autres graves violations' des droits de l'Homme, affirme le directeur d'AI pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Philip Luther.

Les 50 jours d'affrontements entre Israël et les combattants de Gaza en juillet-août 2014 ont fait plus de 2200 morts côté palestinien, des civils pour la plupart, et 83 morts côté israélien, dont dix parmi les populations civiles. En mars, Amnesty avait déjà accusé des groupes armés palestiniens de crime de guerre pendant le conflit.

Selon le rapport de mercredi, 'pas une seule personne n'a été reconnue responsable des crimes du Hamas contre les Palestiniens pendant le conflit de 2014, ce qui indique que ces crimes étaient soient ordonnés soient approuvés par les autorités', ajoute l'ONG.

M. Luther accuse le Hamas de 'crimes révoltants contre des individus sans défense', qui, dans certains cas, constituent des crimes de guerre. Selon lui, le mouvement a 'méprisé les règles les plus élémentaires du droit humanitaire international'.

Des accusations récusées par le mouvement islamiste palestinien. 'Ce rapport est rédigé contre la résistance palestinienne et le Hamas (...). Il exagère délibérément ce qu'il décrit sans écouter toutes les parties et sans faire d'effort pour vérifier la véracité de ses informations', a déclaré Fawzi Barhoum, un porte-parole du Hamas.

Amnesty appelle le Hamas, mais aussi l'Autorité palestinienne, à 'coopérer avec des mécanismes d'enquête internationaux indépendants et impartiaux', et à traduire les suspects en justice. Dans deux précédents rapports, c'est Israël qu'AI accusait de crimes de guerre, des accusations également portés par la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.