Accord sur une aide de 3 milliards d'euros de l'UE pour la Turquie

Accord sur une aide de 3 milliards d'euros de l'UE pour la Turquie

Photo: Keystone

Les dirigeants européens et la Turquie se sont mis d'accord dimanche sur un fonds de 3 milliards d'euros pour aider la Turquie à accueillir des réfugiés syriens. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a fait cette annonce à l'issue d'un sommet à Bruxelles.

Les deux parties ont également décidé d'activer un 'plan d'action commun' pour endiguer l'afflux de réfugiés, et de 'redynamiser' les négociations en vue d'une adhésion de la Turquie à l'Union européenne, ont déclaré lors d'une conférence de presse les dirigeants de l'UE et le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu. Ce dernier a salué 'un jour historique'.

'Nous allons augmenter notre aide aux réfugiés syriens en Turquie grâce à un nouveau fonds de 3 milliards d'euros', a expliqué M. Tusk, l'organisateur de ce sommet inédit entre la Turquie et les 28 chefs d'Etats ou de gouvernement européens.

'Nous allons contrôler très précisément l'utilisation de ces 3 milliards d'euros', a par ailleurs promis le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Redynamiser l'adhésion

Le plan d'action commun 'activé' dimanche avec la Turquie 'met en place un plan clair pour un rétablissement rapide de l'ordre à notre frontière partagée', s'est félicité M. Tusk. Il a dans le même temps assuré que l'UE 'n'attendait de personne de garder ses frontières' à sa place.

En contrepartie, 'le processus d'adhésion (de la Turquie) doit être redynamisé', a-t-il ajouté, confirmant que le chapitre 17 des négociations d'adhésion (politiques économiques et monétaires) allait être ouvert.

Ce sommet 'ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent encore avec la Turquie sur les droits de l'homme ou la liberté de la presse, nous y reviendrons', a prévenu M. Juncker.

Année charnière

Visiblement très satisfait de sa journée à Bruxelles, M. Davutoglu a pris soin de mettre en avant la relance du processus d'adhésion de son pays à l'UE plutôt que la question des réfugiés lors de son intervention devant les médias aux côtés de MM. Tusk et Juncker. Il a qualifié ce sommet d''historique' en la matière.

'Nous nous attendons à un élan majeur dans nos rapports', a déclaré M. Davutoglu lors d'une conférence de presse au terme des discussions. Pour M. Davutoglu ce sommet extraordinaire consacre 'le début d'un nouveau processus' dans les rapports entre Ankara et les pays de l'Union.

'Je pense que 2016 sera une année charnière dans les relations', a-t-il continué, visiblement très satisfait.

Problème partagé

Évoquant la crise des migrants en quittant Ankara pour Bruxelles, le Premier ministre turc avait auparavant averti que la Turquie, qui accueille sur son sol 2,2 millions de réfugiés syriens et 300'000 autres irakiens, 'ne doit pas porter seule le problème migratoire'.

'Ce problème n'est pas celui de la Turquie ni de l'UE, mais nous devons faire en sorte de travailler ensemble pour endiguer une nouvelle vague de migrants', a plaidé le chef de l'exécutif turc.

'Ces 3 milliards d'euros ne sont pas donnés à la Turquie, ils iront aux réfugiés syriens dans l'esprit de partager le fardeau', a fait remarquer M. Davutoglu. 'Je peux vous assurer que la Turquie tiendra les promesses énoncées dans le plan d'action', a-t-il promis.

Schengen en question

Quoi qu'il en soit, a mis en garde dimanche le président du Conseil européen, la Turquie ne détient pas seule la solution à la crise. Un accord avec Ankara, a poursuivi Tusk, ne suffira pas à mettre un terme à la crise si l'UE ne parvient à contrôler fermement ses frontières extérieures.

'Ne soyons pas naïfs, la Turquie n'est pas la seule clef pour résoudre la crise migratoire (...) Sans contrôle de nos frontières extérieures, Schengen appartiendra à l'histoire ancienne', a-t-il dit.

Possible libéralisation des visas

L'UE veut aussi que le gouvernement turc rende la traversée de Turquie vers les îles grecques plus difficile et qu'il empêche d'entrer les Afghans et autres migrants asiatiques qui passent par la Turquie pour se rendre en Europe.

Si Ankara remplit ses obligations, les ressortissants turcs obtiendront plus facilement des visas pour se rendre en Europe.

En tant que membre de l'espace Schengen, la Suisse serait aussi concernée par cette libéralisation des visas pour les ressortissants turcs.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.