Accord signé pour un retrait des armes lourdes en Ukraine

Accord signé pour un retrait des armes lourdes en Ukraine

Photo: Keystone

L'Ukraine et les séparatistes prorusses ont annoncé dimanche un accord sur un retrait des armes lourdes dans l'est du pays, au lendemain d'un important échange de prisonniers. Mais la tension restait vive, notamment autour de Marioupol, alors qu'une explosion a fait deux morts lors d'une marche pro-Kiev à Kharkiv.

Un porte-parole militaire des séparatistes Edouard Bassourine a indiqué à l'agence russe Tass que les 'préparatifs' pour un retrait des armes lourdes allaient commencer dès dimanche avec pour objectif de lancer réellement ce processus sur le terrain mardi. Les opérations doivent durer deux semaines.

Selon l'agence de presse officielle des rebelles DAN, les dirigeants des républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk ont signé les accords samedi. Une information confirmée par un haut responsable ukrainien, le général Olexandre Rozmaznine.

Echange de prisonniers

Aucune information n'a cependant été dévoilée sur l'heure ni sur le lieu où le retrait commencera. Un journaliste de Reuters a vu un convoi de 20 véhicules militaires rebelles transportant entre autres des systèmes de missiles quitter Debaltseve en direction de Donetsk.

Selon les accords signés le 12 février à Minsk, les deux parties doivent retirer 'toutes les armes lourdes' afin d'établir une zone tampon d'une profondeur de 50 à 140 km en fonction du type d'armes.

L'annonce de l'accord sur le retrait d'armes lourdes a été précédée du plus important échange de prisonniers depuis le début de l'année. Au total, 139 soldats ukrainiens et 52 combattants rebelles ont été échangés samedi soir dans un village situé sur la ligne de front dans la région de Lougansk, selon des journalistes de l'AFP.

Craintes pour Marioupol

L'armée ukrainienne a affirmé que les rebelles poursuivent leur offensive près de la ville portuaire de Marioupol. Le porte-parole de l'armée a en outre indiqué qu'un convoi ferroviaire transportant 60 véhicules blindés, dont des chars, était entré samedi en Ukraine par la ville d'Amvrosiivka. Un autre convoi - 50 camions chargés notamment de munitions - avait franchi la frontière près de Novoazovsk, à l'est de Marioupol, selon lui.

Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a mis en garde contre une avancée des séparatistes sur Marioupol, jugeant qu'elle constituerait une 'violation claire des accords' de Minsk.

'Attentat terroriste' à Kharkiv

Par ailleurs, à Kharkiv, principale ville de l'Est russophone, deux personnes ont été tuées et une dizaine blessées dimanche par un engin explosif lancé d'une voiture sur la foule qui assistait à une 'marche patriotique' en soutien au gouvernement de Kiev.

La police a dénoncé un 'attentat terroriste'. Quatre suspects ont été interpellés.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.