Accord au sein de l'UE pour suspendre les sanctions contre Minsk

Accord au sein de l'UE pour suspendre les sanctions contre Minsk

Photo: Keystone

L'UE a donné lundi son feu vert politique à une suspension des sanctions européennes contre le Bélarus. Elle a pris cette décision après la réélection 'dans un climat apaisé' du président Alexandre Loukachenko.

'Pour les quatre prochains mois, il y a la décision de suspendre les sanctions mais (elles) peuvent être remises en oeuvre immédiatement si cela était justifié', a déclaré le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Harlem Désir. Il s'exprimait à la sortie d'une réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Luxembourg.

Ces sanctions visent 175 personnes et 14 entités dont les avoirs ont été gelés dans l'UE et qui sont privées de visas.

Ce feu vert 'fait suite à la fois à la libération de plusieurs prisonniers politiques - dont nous demandions depuis déjà plusieurs mois qu'ils soient relâchés - et aux élections qui viennent de se dérouler', a expliqué le secrétaire d'Etat français.

'Encourager une évolution vers la démocratie'

Le scrutin de dimanche, lors duquel le président autoritaire Alexandre Loukachenko a été réélu pour un cinquième mandat avec plus de 83% des voix, a eu lieu 'dans un climat apaisé, même si nous attendons les rapports des observateurs pour en avoir un bilan complet', a ajouté M. Désir.

'Nous souhaitons encourager (...) une évolution vers la démocratie, vers le respect de l'Etat de droit, vers évidemment le respect des droits humains' au Bélarus, déjà associé à l'Union européenne par le 'partenariat oriental' auquel participent également l'Ukraine, la Géorgie ou l'Arménie, a poursuivi M. Désir.

M. Loukachenko avait été inscrit sur la 'liste noire' de l'UE en janvier 2011 en raison de la répression violente qui avait suivi sa réélection contestée fin 2010.

Réévaluation en janvier

Concrètement, l'UE va d'ici la fin du mois reconduire pour quatre mois les sanctions, qui arrivent à expiration le 31 octobre. Mais elle va en même temps décider de les suspendre.

Une levée définitive des sanctions sera alors examinée par l'UE début 2016. 'Nous avons dit que nous pouvons évaluer en début d'année prochaine, à la fin janvier', si les conditions sont réunies, a expliqué le chef de la diplomatie allemande Frank Walter Steinmeier.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.