Un hôpital romand a détecté un cas problématique

Un hôpital romand a détecté un cas problématique

Photo: Keystone

Le produit ophtalmique Ala Octa, incriminé en Espagne et en France, est aussi distribué en Suisse. Un hôpital romand a détecté un cas problématique.

Swissmedic envisage de prononcer une suspension d'utilisation dès mercredi. Son département Surveillance du marché est en contact avec le fabricant allemand Alamedics, révèle mercredi à l'ats Peter Balzli, porte-parole de l'Institut suisse des produits thérapeutiques. 'La probabilité est très élevée qu'il y ait un problème de qualité.'

Cécité partielle

La solution aqueuse Ala Octa, surtout utilisée dans la chirurgie de la rétine, est soupçonnée d'avoir joué un rôle dans des cas de perte fonctionnelle de l'oeil chez des patients en Espagne et en France. Le laboratoire s'est défendu lundi contre ces accusations, arguant qu'il est prématuré de rendre son produit responsable de ce drame.

Alamedics a mis en avant les analyses établissant la conformité de ses lots 'dans tous les cas où des réclamations ont été adressées au fabricant'. L'entreprise a évoqué des erreurs de manipulation ou de posologie comme ayant pu causer la perte de la vue sur un oeil chez certains malades.

'La recherche des causes (des cas de cécité partielle) continue', a précisé son directeur général Christian Lingenfelder. Si la société allemande a cessé de vendre ce produit mi-juillet, dans l'attente du résultat des nouvelles analyses, elle n'a pas indiqué combien de stocks au total sont en circulation, ni dans quels pays.

Espagne, France et Italie

L'Agence espagnole du médicament et des produits de santé (Aemps) a fait état samedi de '41 cas de personnes affectées par l'usage du produit de chirurgie Ala Octa'. Treize patients ont perdu la vue sur un oeil et 28 autres ont été affectés. L'Aemps avait lancé l'alerte le 26 juin, annonçant le retrait du produit du marché.

En France, deux patients ont perdu l'usage d'un oeil après une intervention chirurgicale pendant laquelle le produit a été utilisé, selon l'agence française du médicament (ANSM), qui n'a pas directement mis en cause le produit. Celui-ci a été retiré du marché fin juillet. Un cas suspect a aussi été évoqué en Italie.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.