Un actif sur quatre est stressé et épuisé au travail

Un actif sur quatre est stressé et épuisé au travail

Photo: Keystone

En Suisse, un actif sur quatre est stressé au travail et la même part se sent épuisée. Au total, 1,3 million de personnes sont touchées, particulièrement les jeunes. Le coût annuel pour les entreprises est de quelque 5,8 milliards de francs.

Un Suisse sur quatre (25,4%) éprouve du stress dans le cadre de son activité professionnelle. L'employé concerné n'a pas assez de ressources pour faire face aux pressions sur son lieu de travail, explique Promotion Santé Suisse jeudi dans son enquête 'Job Stress Index' 2016, publiée pour la troisième fois.

Environ 1,3 million d'actifs se trouvent dans cette 'zone critique'. Et près de la moitié (46,3%) se situent dans la 'zone sensible'. En d'autres termes, leurs ressources disponibles suffisent tout juste à compenser les contraintes et la pression subies. Seuls 28,3% ('zone verte') des travailleurs se disent épargnés.

Jeunes touchés

De même, un employé sur quatre (25,4%) se sent assez ou très épuisé. Les personnes qui travaillent à temps plein sont plus fatiguées que celles qui occupent un poste à temps partiel, constate la fondation. Les actifs de 25 à 39 ans sont particulièrement concernés. Il leur arrive plus souvent d'être moins performants à cause de problèmes de santé.

Le degré de fatigue est un indicateur important du bien-être des employés: plus le stress est grand, plus la fatigue l'est aussi et plus les effets sur la santé sont considérables. Une fatigue intense peut constituer un signe avant-coureur d'un burn-out.

Coûts élevés

Le coût du stress et de l'épuisement s'élève à environ 5,8 milliards par an pour les entreprises, estime Promotion Santé Suisse. Près de 4,9 milliards sont engendrés par la baisse d'efficacité au travail liée à des problèmes de santé. Le petit milliard restant est dû aux absences des employés.

L'enquête 2016 confirme les résultats des deux enquêtes précédentes, selon la fondation. L'an dernier, le stress et l'épuisement concernaient un cinquième des actifs. Une année plus tôt, le quart de personnes stressées et fatiguées était presque atteint.

L'étude a été réalisée en collaboration avec l'Université de Berne et la Haute École de Zurich pour les sciences appliquées. Près de 3000 actifs entre 16 et 65 ans ont été interrogés au printemps. Le Job Stress Index est représentatif de la population active suisse.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.