Toujours l'incertitude à Nairobi et notamment pour la Suisse

Nairobi reste éveillé pour tenter de conclure un accord à l'OMC

Photo: Keystone

Les discussions se prolongeaient vendredi soir à Nairobi pour arracher un accord à l'OMC, notamment sur la concurrence à l'exportation où la Suisse est exposée. L'Inde restait au centre de la partie sur ses subventions, poussant pour obtenir une clause de sauvegarde.

Sans surprise, l'avenir du cycle de Doha ne devait pas être clarifié lors de cette 10e Conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Nairobi. Les divergences entre les Etats-Unis et le bloc constitué de la Chine et de l'Inde semblaient trop fortes pour être adoucies. Les positions de chacun devaient être rappelées dans une éventuelle déclaration finale.

Sur les thématiques, dans le premier projet de texte qui circulait jeudi, le gouvernement indien obtenait gain de cause sur ses subventions à l'exportation jusqu'en 2028. Selon des sources concordantes, les Etats-Unis poussent pour réduire ce délai. En échange, ils seraient prêts à descendre le délai maximal de remboursement du crédit à l'exportation, prévu jeudi à 18 mois contre deux ans actuellement aux Etats-Unis.

Déclaration 'très proche'

Devant la presse, la présidente de la 10e Conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Amina Mohamed était elle plus optimiste. Une Déclaration de Nairobi est 'très proche', a dit la ministre kényane des Affaires étrangères et du commerce international. Mais d'admettre que les négociations sur le volet agricole, menées par le facilitateur du Lesotho Joshua Setipa, étaient 'délicates'.

Sur la concurrence à l'exportation, dans le premier texte dévoilé jeudi, la Suisse pourrait abandonner en une seule fois sa 'loi chocolatière', comme elle le souhaitait. Certes, elle n'obtiendrait pas les sept ans qu'elle demandait pour une mise en oeuvre. Mais le compromis proposé de cinq ans serait considéré comme 'acceptable' pour la délégation dirigée par la secrétaire d'Etat à l'économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch.

La Suisse subventionne les exportations de produits agricoles transformés à base de lait et de céréales. Le Parlement fédéral vient de voter un montant de près de 95 millions de francs.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.