Swisscom donnera le choix de recevoir ou non de la publicité ciblée

Swisscom donnera le choix de recevoir ou non de la publicité ciblée

Photo: Keystone

Le patron de Swisscom, Urs Schaeppi, promet de renforcer la protection des données de ses clients. Les données ne devraient être utilisées que de manière anonyme et globale, déclare-t-il dans une interview à la NZZ am Sonntag.

Celui qui ne veut pas de publicité personnalisée ne devrait pas en recevoir, précise le directeur général du numéro un suisse des télécommunications, en revenant sur l'alliance entre Swisscom, Ringier et la SSR dans le domaine de la commercialisation publicitaire.

'Nous ne vendrons pas les données personnelles de nos clients'. Une possibilité d'opt-out est prévue, soit le fait de pouvoir demander à ne pas faire partie d'une liste de diffusion de messages publicitaires par courrier électronique, SMS ou un autre canal. Et l'opérateur veut aller plus loin. Il envisage de faire examiner le traitement des données par une commission d'éthique.

Libre accès en jeu

La société commune de Swisscom, Ringier et la SSR n'apporte rien de nouveau, ajoute-t-il. 'Quand on surfe sur internet, on tombe déjà régulièrement sur de la publicité personnalisée'.

Swisscom refuse en revanche d'entrer en matière sur les demandes des autres entreprises pour avoir un libre accès à ses données. Swisscom est une société cotée en Bourse qui obtient ses données grâce à la libre concurrence, argumente M. Schaeppi. 'Des éditeurs comme Tamedia disposent également de données qu'ils utilisent pour la commercialisation de la publicité'.

La décision de la Commission fédérale de la concurrence (COMCO) de mener un examen approfondi de l'alliance entre Swisscom, la SSR et Ringier n'étonne pas le patron de l'opérateur. Celui-ci espère que la COMCO tirera ses conclusions en réfléchissant à ce que le marché publicitaire sera d'ici deux à trois ans et non à ce qu'il a été.

Le patron de Swisscom défend le projet qui fait l'objet de nombreuses réticences. Si ce n'étaient pas des acteurs suisses qui s'en étaient emparés, le créneau serait tombé en mains étrangères, estime-t-il.

Clash entre éditeurs

Swisscom, la SSR et Ringier ont annoncé à la mi-août leur alliance dans le domaine publicitaire. L'idée est de proposer une 'alternative suisse puissante' aux géants américains du secteur Google ou Facebook, lesquels concentrent environ 50% des parts du marché du secteur de la publicité numérique en Suisse.

L'annonce de ce projet a créé une véritable onde de choc au sein des éditeurs. Quelques jours après l'annonce de cette collaboration inédite entre deux entreprises publiques et une société privée, le groupe de presse zurichois Ringier a claqué la porte de l'association des éditeurs alémaniques Schweizer Medien et romands Médias Suisses.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.