Six stratégies de croissance pour l'industrie MEM suisse

Six stratégies de croissance pour l'industrie MEM suisse

Photo: Keystone

Pour neuf entreprises sur dix dans l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM), les perspectives restent sombres pour l'année à venir. Une nouvelle étude recense les opportunités, déclinées en six stratégies de croissance.

Le franc fort et l'évolution en dents de scie dans les principaux débouchés pèsent sur les projections de l'industrie MEM helvétique. Le dernier sondage réalisé auprès de 393 firmes du secteur par le cabinet de conseil Deloitte et l'institut bâlois BAKBASEL, présenté mercredi à Zurich, le confirme.

La période de stabilité entre l'introduction du taux plancher franc/euro en septembre 2011 et son abandon en janvier 2015 a certes donné un répit. Mais cette année, beaucoup de firmes ont dû agir dans l'urgence pour contenir le recul de leurs marges.

Ainsi, 77% des sondés ont déjà augmenté leurs propres achats dans la zone euro depuis la mi-janvier. Sept entreprises sur dix ont mis l'accent sur l'efficience et la gestion de la production. Presque autant (69%) ont diminué leurs prix. Près d'un quart (22%) ont quant à elles délocalisé des activités dans les pays européens.

Stratégies à long terme

Mais ces mesures à court terme grignotent les marges sur la durée et mettent en péril la capacité d'investissement, préviennent les experts. Côté chiffres d'affaires, des stratégies nouvelles, et de plus grande ampleur, s'avèrent donc nécessaires à long terme, selon eux.

Désormais le moteur chinois de l'économie mondiale semble quelque peu grippé. Après un taux de croissance de 10% sur la période 2004-2014, BAKBASEL n'escompte plus que 5,4% pour la décennie 2015-2025. Avec des conséquences pour la place industrielle helvétique.

Dans ce contexte, la fidélisation et l'acquisition de clients deviennent prioritaires: 83% des répondants comptent intensifier leurs efforts dans cette direction. L'expansion sur de nouveaux marchés, en sus de l'Allemagne, des Etats-Unis et de la Chine, offre aussi un potentiel, selon 57% des sondés.

Activités de services

Près de la moitié des firmes (47%) misent aussi sur le développement de leurs activités de services. Associées à leurs produits industriels, celles-ci constituent un véritable avantage concurrentiel. Pour 45% des participants, l'innovation en matière de produits et de processus doit elle aussi générer de la croissance.

Un quart des entreprises (24%) pensent que les fusions et acquisitions joueront un rôle central, tandis de 40% tablent plutôt sur les partenariats. Enfin, dans un environnement difficile où la production en Suisse coûte cher, c'est l'optimisation des processus qui sera une condition indispensable pour croître, conclut l'étude.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.