Quinze mille travailleurs de la construction manifestent à Zurich

Des milliers de travailleurs de la construction ont défilé pour exiger une nouvelle convention nationale à Zurich samedi. Les entrepreneurs sont accusés de compromettre la paix sociale en refusant de négocier le texte.

Quelque 15'000 ouvriers ont répondu à l'appel lancé par les syndicats du travail Unia et Syna, selon ces derniers. Nico Lutz, membre du Comité de direction et responsable du secteur construction d'Unia s'est dit impressionné 'du courage et de la détermination des travailleurs du bâtiment'.

Les travailleurs sont venus de toute la Suisse dans des trains mis spécialement à disposition. Ils sont ensuite partis de la place Central, située proche de la gare en direction de la vieille ville au son de sifflets.

La mer de drapeaux rouges s'est finalement arrêtée sur l'Helvetiaplatz. La manifestation s'est terminée sur cette place par des discours et une représentation musicale de la Band Banda Basotti, d'origine italienne.

Défendre la retraite anticipée

La situation est pressante: la convention nationale (CN) pour le secteur principal de la construction arrive à échéance à la fin de l'année. Elle concerne les conditions de travail de 80'000 travailleurs de la construction. La société suisse des entrepreneurs (SSE), de son côté, souhaite prolonger d'un an l'actuel CN, et refuse de négocier avec les syndicats.

Ceux-ci demandent notamment davantage de protection en cas d’intempéries et contre le 'dumping' salarial. Ils défendent aussi leur retraite anticipée qui doit être maintenue à 60 ans.

C'est que la génération du 'baby boom' arrive à l'âge de la retraite, et les entrepreneurs remettent en question ce palier.'Il y a dix ans', scandait Nico Lutz à la foule réunie sur Helvetiaplatz, 'nous avons conquis ensemble la retraite à 60 ans. Nous la défendrons aujourd'hui tous ensemble'.

Déclarations 'injustes'

Les déclarations faites par les syndicats lors de cette manifestation sont 'injustes', écrit la société suisse des entrepreneurs dans un communiqué. La SSE ne parvient pas à s’expliquer pourquoi les dirigeants syndicaux rejettent les 'conditions de travail généreuses', prévues dans l'actuelle CN.

'Mais nous tenons parole, notre offre est maintenue. Il suffit qu’Unia et Syna signent la convention. Par ce geste, ils garantiront, l’année prochaine également la protection des travailleurs de la construction prévue par la convention nationale' a confirmé le président de la SSE, Gian-Luca Lardi, cité dans le texte.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.