Protection des jeunes face aux médias: la Suisse peut mieux faire

Protection des jeunes face aux médias: la Suisse peut mieux faire

Photo: Keystone

La Suisse peut faire mieux en matière de protection des jeunes face aux médias. Des mesures pourraient être prises au niveau fédéral, notamment sur l'âge légal pour accéder à des jeux vidéos et des films. Pour Internet, Berne mise sur des solutions internationales.

Des améliorations ont été obtenues en cinq ans avec le programme 'Jeunes et médias'. Un portail avec des informations et des conseils pour l’éducation au quotidien a été mis en place au niveau national.

Ces dernières années, la sensibilisation s’est concentrée sur les parents. Il faudrait désormais cibler les spécialistes de l’animation jeunesse, dans les foyers comme dans les structures d’accueil ou encore dans les écoles professionnelles.

Nombreuses lacunes

Mais il y a aussi plusieurs mesures à prendre pour combler de nombreuses lacunes. La majorité des cantons n’assument pas suffisamment leur responsabilité en matière de réglementation. Il n’a ainsi pas encore été possible d’introduire des limites d’âge identiques dans tout le pays pour les projections publiques de films.

Les mesures d’autorégulation restent insuffisantes. Lors des achats-tests effectués, les jeunes ont pu dans près de la moitié des cas acquérir des jeux vidéo inappropriés pour leur âge, contenant des scènes de violence ou de pornographie. Les fournisseurs d’accès à Internet ne respectent pas non plus suffisamment leurs engagements.

Réglementation nationale ?

Une réglementation nationale pourrait voir le jour dans le domaine des films et des jeux vidéo (indications de limite d’âge, restrictions en matière d’accès et de distribution pour les films et les jeux vidéo). Les cantons et les associations professionnelles y sont favorables.

Concernant Internet, le Conseil fédéral marche sur des oeufs. Vu le caractère planétaire de la Toile, les effets de la réglementation nationale sont limités.

Les expériences faites à l’étranger confirment qu’un système de protection est plus efficace s’il combine un rôle actif de pilotage joué par l’Etat, une étroite collaboration avec l’économie et la mise à disposition d’outils de soutien pour les mineurs et leurs parents, note le gouvernement.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.