Perte de 90 millions de francs en pour la SSR

Perte de 90 millions de francs l'an passé pour la SSR

Photo: Keystone

La SSR a annoncé jeudi une perte de 90 millions de francs en 2015. Provisionnement de la caisse de pension, recettes publicitaires en baisse et la décision du Tribunal fédéral sur la TVA ont pesé dans la balance.

Le Tribunal fédéral (TF) a décidé il y a tout juste un an de dispenser les contribuables de payer la TVA sur la redevance radio et TV. Pour la SSR, cela a représenté une charge supplémentaire de 27 millions de francs en 2015, indique l'entreprise dans un communiqué.

Cette décision continuera de grever le porte-monnaie de l'entreprise, à hauteur de 35 millions de francs par an. L'augmentation de la quote-part du produit de la redevance destinée aux radios et télévisions régionales réduira également les recettes de la SSR d'au moins 5 millions de francs par an, dès l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la radio et la télévision, prévue à la mi-2016.

Centaine de licenciements

Pour économiser ces quelque 40 millions par an, un programme a été mis en place. Les coûts correspondant aux provisions nécessaires se sont élevés à près de 31 millions de francs et ont été inscrits aux comptes 2015.

La SSR a annoncé en octobre dernier un gel des salaires ainsi qu'un projet de suppression de 250 postes d'ici la fin 2017, soit environ 5% de ses effectifs. Environ trois quarts de ces suppressions sont déjà effectives, a précisé à l'ats le porte-parole de la SSR Daniel Steiner.

Au total, une centaine de licenciements devront être prononcés, estime l'entreprise. Elle espère encore faire baisser ce chiffre grâce aux départs naturels. Au moment de l'annonce du programme d'économies en octobre, les syndicats des médias impressum et SSM avaient protesté et réclamé des mesures alternatives.

Caisse de pension

Autre 'événement extraordinaire', il est probable que la caisse de pension de la SSR doive réduire son taux d'intérêt technique. Les perspectives sur les marchés financiers ne sont pas bonnes.

L'entreprise prendra en charge le financement du capital de couverture qui manquerait alors aux bénéficiaires de rentes, comme elle s'y était engagée en 2013. Elle a dû provisionner 70 millions de francs à cette fin.

Sans ces deux événements, la SSR aurait affiché un résultat à l'équilibre, explique Daniel Steiner. En 2014, elle présentait un bénéfice de 4,8 millions de francs. Elle espère un retour aux chiffres noirs dès 2016. Les mesures d'économie devraient payer, selon elle. Le rapport complet 2015 sera publié le 2 mai.

Marché publicitaire

Le franc fort a causé un important manque à gagner sur le marché publicitaire, indique encore le groupe. Ces pertes ont toutefois pu être amorties par des mesures de réduction des coûts.

Dans le domaine, la SSR s'est activée. En août dernier, elle a mis sur pied, conjointement avec Swisscom et Ringier, une coentreprise. L'idée est de proposer une 'alternative suisse puissante' aux géants américains du secteur, Google ou Facebook, lesquels concentrent environ 50% des parts de marché de la publicité numérique en Suisse.

L'Office fédéral de la communication (OFCOM) a donné son feu vert au projet, sous conditions. La publicité ciblée en sera exclue, celle sur Internet reste interdite et la SSR sera contrainte d'informer régulièrement l'OFCOM.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.