Les réfugiés devraient mieux être intégrés sur le marché du travail

Les réfugiés devraient mieux être intégrés sur le marché du travail

Photo: Keystone

Les réfugiés devraient être intégrés plus vite dans le marché du travail. Jusqu'à 1000 personnes appelées à rester longtemps en Suisse devraient recevoir chaque année une formation en ce sens. Et jusqu'à 1000 requérants devraient apprendre une langue nationale.

Le Conseil fédéral a lancé vendredi ce programme quadriennal, pour lequel la Confédération devrait verser jusqu'à 54 millions de francs. Cette mesure s'inscrit dans le cadre de l'initiative pour combattre la pénurie de personnel qualifié. Elle vise non seulement une intégration plus rapide, mais aussi une baisse des coûts de l’aide sociale.

Connaître le marché suisse

Les réfugiés reconnus et les personnes admises à titre provisoire sont souvent très motivés pour travailler et se sont généralement déjà forgé une expérience dans leur pays d’origine, note le gouvernement. Mais cela ne suffit pas pour entrer directement sur le marché du travail.

Il faut encore apprendre une langue nationale et se familiariser avec la culture du travail et acquérir des compétences professionnelles de base dans une branche. Le programme pilote est destiné aux personnes disposant d'un potentiel approprié et faisant preuve de motivation et de persévérance. Des vérifications seront menées.

Il est prévu pour l’instant que, chaque année, jusqu’à 1000 réfugiés et personnes admises à titre provisoire participent au programme. Par la suite, d’autres groupes de personnes bénéficiant ou non de l’aide sociale pourraient aussi y prendre part.

Economie associée

Le programme pilote s’adresse en priorité aux secteurs économiques qui manquent de main-d’oeuvre ou d’apprentis. Les organisations économiques, les interprofessions et les entreprises y collaboreront, notamment en participant à la recherche de stages et d’emplois.

Les préapprentissages répondront aux besoins et aux exigences de chaque branche. Ils se dérouleront au sein des organismes de formation professionnelle.

Apprendre la langue

Le Conseil fédéral veut aussi mieux préparer à leur intégration les requérants d'asile appelés à rester en Suisse. Pour eux, il ne s'agit pas tant d'accéder au marché de travail (il faudra attendre de savoir si leur demande d'asile est acceptée) que d'apprendre le plus rapidement et le plus efficacement possible la langue locale.

Là encore, le programme vise jusqu’à 1000 personnes par an. Les compétences linguistiques acquises lors de la procédure d’asile leur permettront de suivre un préapprentissage d’intégration ou d’entrer dans la vie professionnelle aussitôt la décision d’asile rendue.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.