Les producteurs de lait ne voient pas de tournant à l'horizon

Les producteurs de lait ne voient pas de tournant à l'horizon

Photo: Keystone

Les prix bas continuent de préoccuper les producteurs de lait. Un changement de tendance n'est pas en vue actuellement, selon la Fédération des producteurs suisses de lait (FPSL). Les délégués ont ainsi décidé de poursuivre les mesures de stabilisation du marché.

Les mesures prises en 2015 ont été efficaces, selon la FPSL. 'Bien que les prix du lait de centrale soient extrêmement bas, l'écart avec le prix européen est plus grand que jamais', a affirmé mardi Hanspeter Kern, président de la FPSL, lors de l'assemblée des délégués. Le prix suisse payé au producteur est près de deux fois supérieur à ce que touche son homologue européen.

Pour protéger le prix du lait, les producteurs suisses et d'autres organisations de commercialisation du lait ont fondé il y a deux ans la société d'exportation LactoFama AG. Les délégués ont accepté par 147 voix contre 9 et 9 abstentions la proposition de poursuivre le financement de cette société jusqu'à la fin de 2016. La contribution des producteurs reste inchangée, à 0,35 centime par kilo de lait.

Durant l'année en cours sera étudiée la question de savoir s'il sera possible et nécessaire d'intervenir sur le marché à partir de 2017 et de quelle manière. Les avis divergent, selon M. Kern. Les différentes mesures pour augmenter le prix du lait seront discutées en été.

Marché inondé

Aucune amélioration de la situation ne se dessine, selon les PSL. Les ventes diminuent sur les marchés national et international, inondés, grossissant inévitablement les stocks. En Suisse, plus de 6500 tonnes de beurre sont actuellement conservées dans les chambres froides. Ce sont 2000 tonnes de plus que les années précédentes à la même période.

Pour réduire la pression sur les prix que ces stocks provoquent, les producteurs de lait avaient appelé en janvier à réduire la production de 3%. Des consignes qui n'ont visiblement pas été suivies.

Le franc fort n'aide pas. La suppression du taux plancher par la Banque nationale suisse a eu des effets importants sur le secteur laitier également, que l'on est loin d'avoir surmontés, a précisé la FPSL.

'Tant que la situation globale et dans l'UE ne s'améliore pas, nous aurons de la peine à stabiliser notre marché', a déclaré le président de la FPSL M. Kern. Les producteurs suisses sont obligés de s'aligner sur le marché international.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.