Les portails en ligne se défendent de faire des contrats-bâillons

Les portails en ligne se défendent de faire des contrats-bâillons

Photo: Keystone

Pratiquement tous les hôtels en Suisse utilisent les portails de réservation. Les représentants de plates-formes en ligne telles que Booking ou Expedia se défendent contre les attaques sur leurs contrats qui priveraient les hôteliers de liberté d'action.

Presque neuf hôtels sur dix en Suisse ont un contrat avec la plate-forme de réservation Booking. Le chef de Booking pour l'Europe, Peter Verhoeven, rejette les reproches d'offrir aux hôteliers des contrats-bâillons, a-t-il déclaré dans une interview parue lundi dans le Tages-Anzeiger et le Bund.

Booking n'exige pas de taxe de base, pas de taxe d'entrée et pas de durée de contrat minimale. Et la commission est exigible uniquement si le client qui a réservé, passe la nuit à l'hôtel, précise Peter Verhoeven.

L'important pour Booking est que les mêmes prix soient affichés sur la plate-forme en ligne que sur le site internet de l'hôtel. Cela signifie toutefois que les hôtels peuvent offrir d'autres tarifs par téléphone ou sur d'autres portails.

Compensation en retour

Andreas Nau, chef pour l'Europe centrale d'Expedia, estime dans une interview accordée au magazine spécialisé Travel Inside qu'une possibilité de comparaison de produits est nécessaire pour un portail en ligne. 'Nous faisons beaucoup de marketing et devons investir dans le développement de sites web. La conséquence est que nous voulons être traités équitablement'.

Expedia offre une prestation et veut une compensation en retour. Finalement, personne n'est obligé de travailler avec Expedia, a ajouté Andreas Nau.

'Nous ne sommes pas un monopole et nous participons à offrir une stratégie de vente diversifiée à un hôtel', a-t-il précisé. En Suisse, le portail a déjà, après une courte période, 300 agences de voyages partenaires.

La couverture de Booking en Suisse est nettement plus importante. La société offre environ 10'000 possibilités de nuitées, également aussi des appartements, des bed and breakfast ou des gîtes. Sur près de 4500 hôtels suisses, 4000 utilisent cette plate-forme, a ajouté Peter Verhoeven.

La Suisse représente au total environ 1% de l'offre mondiale de Booking. Sur l'ensemble de l'Europe, la part de marché du portail est d'environ 9% de toutes les nuitées. A l'intérieur du marché européen, la Suisse pèse un poids important, a précisé le responsable.

Davantage de nuitées

Les plates-formes comme Booking apportent en Suisse 5,1% ou 1,8 million de nuitées supplémentaires. Selon la ville, une commission de 12,15 ou 17% est exigée. Les tarifs suisses sont nettement en dessous des pays voisins. Au niveau mondial, les commissions se situent en moyenne à 16%.

Depuis 2010, les commissions n'ont plus été adaptées en Suisse. Booking n'a aucune intention de le faire, tant que les conditions-cadre ne changent pas. Si les moteurs de recherche Google, Yandex ou Baidu augmentent leurs prix, Booking devra aussi réagir, explique Peter Verhoeven.

La plupart des 13'000 employés de la plate-forme de réservation se trouvent aux Pays-Bas. Cette dernière emploie 26 personnes à Zurich.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.