Les marchés mondiaux rebondissent grâce à des mesures de la Chine

Les marchés mondiaux rebondissent grâce à des mesures de la Chine

Photo: Keystone

Les marchés ont repris leurs esprits mardi après l'annonce par la Chine de mesures de relance. Les principales places européennes ont gagné entre 3% et 6%, au lendemain de leur pire séance en sept ans.

La Banque populaire de Chine a décidé d'abaisser de 0,25 point de pourcentage, à 4,60%, le taux d'emprunt à un an qui sert de référence. Elle a aussi abaissé les réserves obligatoires des banques, autorisées à prêter davantage pour contrer la panique liée au ralentissement brutal de l'économie chinoise, la deuxième économie du monde.

Cette dernière mesure équivaut à une injection massive de liquidités dans une économie dont la santé est cruciale aussi bien pour les constructeurs automobiles allemands que les producteurs de minerai de fer australiens ou les fabricants français de lait en poudre.

Pour sa part, le Premier ministre chinois Li Keqiang a affirmé qu'il n'y avait aucune raison de faire baisser davantage le yuan, alors que les dernières dévaluations avaient semé le trouble sur les marchés.

Rebondissement

Déjà bien orientées depuis l'ouverture, les places boursières européennes ont accéléré le rythme grâce aux annonces de Pékin. La Bourse de Paris a terminé en hausse de 4,14%, sa plus forte progression depuis juin 2012, celle de Londres de 3,1%, Francfort de 4,97% et Milan de 5,86%. La Bourse suisse a vu son indice vedette Swiss Market Index (SMI) prendre 3,42% à 8758,79 points.

Dans leur sillage, Wall Street a rebondi à l'ouverture. A mi-séance, le Dow Jones prenait 2,37% et le Nasdaq 3,27%.

Avant la décision de l'institut d'émission chinois, la Bourse de Shanghai a encore chuté de 7,63% en clôture, tandis que Tokyo a terminé la journée sur une baisse de près de 4%, au plus bas en six mois et Hong Kong a timidement rebondi de 0,72%.

Observateurs et hommes politiques s'interrogeaient sur les répercussions de la grande instabilité boursière des marchés sur l'activité économique, alors que les banques centrales ont utilisé tous les moyens à leur disposition pour la soutenir.

La première fortune de Chine, Wang Jianlin, patron du groupe Dalian Wanda, spécialisé dans l'immobilier et le divertissement, a d'ailleurs a perdu 3,6 milliards de dollars (3,4 milliards de francs) sur la seule journée de lundi.

Impact relativisé

Les analystes prennent au sérieux le ralentissement économique en Chine, mais relativisent l'impact sur la reprise aux Etats-Unis et en Europe. La grande question est désormais de savoir si les mesures prises par Pékin parviendront à restaurer la confiance.

Le président français François Hollande a affirmé que l'économie mondiale était 'suffisamment solide' pour que sa croissance ne soit 'pas seulement liée à la situation en Chine'. Quant au ministre allemand de l'économie Sigmar Gabriel, il a mis en avant l'impact limité de la crise chinoise sur l'Allemagne, première économie du Vieux Continent et moteur de la croissance européenne.

L'euro se détend

Sur le marché des changes, l'euro a effacé face au dollar une partie des gains enregistrés la veille après avoir été perçu par les cambistes comme une valeur refuge face aux turbulences.

Au milieu de l'après-midi, la monnaie unique européenne valait 1,1465 dollar contre 1,1606 dollar lundi soir et 1,1386 dollar vendredi. L'euro était même monté lundi à 1,1714 dollar, son niveau le plus fort depuis mi-janvier. Le franc a terminé en baisse face à la devise européenne, à 1,0821 franc pour un euro, comme face au dollar, à 0,9437 franc pour un dollar.

La devise chinoise a terminé à 6,4128 yuans pour un dollar, son niveau de clôture le plus faible en quatre ans, contre 6,4041 yuans la veille.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.