Les maçons veulent moins de temporaires sur les chantiers

Les maçons veulent moins de temporaires sur les chantiers

Photo: Keystone

Les travailleurs de la construction s'inquiètent de la précarisation dans leur branche. Lors de leur assemblée générale samedi, ils demandent la limitation du travail temporaire sur les chantiers ainsi qu'un registre des entreprises respectant la convention nationale.

Il y a six mois, la conférence professionnelle a lancé une campagne pour 'des chantiers dignes, un travail décent'. Samedi, les délégués réunis à Berne ont tiré un bilan sévère, indique le syndicat Unia dans un communiqué.

Dans le gros œuvre, la part des travailleurs temporaires est six fois plus élevée que dans la moyenne de toutes les branches. Conçus au départ pour surmonter les pics saisonniers d'activité, les temporaires deviennent la nouvelle main-d'oeuvre bon marché, dont les patrons peuvent se débarrasser en tout temps.

Les travailleurs fixes les plus âgés sont de plus en plus souvent licenciés pour être réembauchés le lendemain sous contrat temporaire et à de moins bonnes conditions. Le nombre de chaînes de sous-traitance opaques a explosé.

Les maçons revendiquent par conséquent la limitation du travail temporaire, le droit à un engagement fixe après un certain temps, ainsi qu'un registre de branche contre les entreprises incorrectes.

La conférence professionnelle de la construction s'est aussi solidarisée avec la lutte des collègues du second œuvre romand pour une nouvelle convention collective de travail (CCT). Les employeurs ont résilié cette convention pour la fin de l'année. Un vide conventionnel menace dès janvier.

Syna aussi préoccupée

Le syndicat Syna dont les délégués de la construction se sont également réunis samedi, partage les mêmes préoccupations qu'Unia. Le nouveau responsable de la branche construction de Syna Guido Schluep a critiqué les agences de placement qui paient souvent des salaires inférieurs et gagnent sur chaque heure de travail.

Syna demande en outre l'instauration de critères uniformes pour suspendre le travail de chantiers en cas de conditions météo difficiles. La santé des employés doit primer. Le syndicat demande aussi une meilleure protection contre les licenciements et des indemnités de départ pour les travailleurs âgés.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.