Les infections à campylobacter ont fortement augmenté à Noël

Les infections à campylobacter ont fortement augmenté à Noël

Photo: Keystone

Des centaines de Suisses ont passé leurs journées au lit après la traditionnelle fondue chinoise de Noël. En cause, une infection à campylobacter due à une mauvaise préparation de la viande de poulet crue.

Durant la première semaine de janvier, 350 cas de campylobactériose, une gastro-entérite provoquée par une bactérie, ont été recensés, a indiqué lundi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bulletin hebdomadaire. En comptabilisant les trois dernières semaines de 2016, ce sont 871 infections qui ont été dénombrées.

Par rapport à l'année précédente, cela correspond à une hausse de 60%. Une augmentation étonnante, étant donné que les autorités ont fait de la prévention à plusieurs reprises avant Noël. L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a par exemple mis en garde contre la viande de poulet qui n'est pas assez cuite.

'Cela n'a apparemment rien apporté', a dit lundi à l'ats Daniel Koch, responsable du département des maladies transmissibles auprès de l'OFSP. Le taux d'infection, qui augmente depuis des années durant les Fêtes, n'a pas pu être freiné.

Risque multiplié par quatre

Le phénomène est connu: une étude publiée en juillet 2014 a démontré que la fondue chinoise était à l'origine de l'augmentation des cas de gastro-entérite entre Noël et Nouvel An en Suisse.

Environ la moitié de ces infections sont dues à la consommation de fondue chinoise. Ce plat multiplie le risque de gastro-entérite par quatre. Les séjours à l'étranger constituent la deuxième cause d'infections à campylobacter, selon l'étude.

La Suisse enregistre chaque année entre 7000 et 8000 cas d'infections provoquées par la bactérie, d'après les estimations de l'OFSP. C'est la plus fréquente des maladies bactériennes transmissibles par les aliments. Elle est souvent causée par des germes de viande de poulet contaminée.

Prudence avec le poulet cru

La chair de volaille ne présente pas de risque si elle est préparée avec une bonne hygiène, expliquent les experts en denrées alimentaires. Mais ce n'est pas toujours le cas, notamment lorsque légumes et viande de poulet crue sont coupés sur la même planche.

Il faut aussi faire à attention à ce que la viande de volaille crue n'entre pas en contact avec les accompagnements ou les sauces. Il est conseillé de disposer les morceaux de poulet sur une autre assiette.

Bien que la plupart des cas se soignent bien, les infections à campylobacter peuvent avoir des conséquences graves. Les personnes touchées souffrent de diarrhées sévères, souvent accompagnées de crampes abdominales et de fièvre. La maladie dure en moyenne sept jours.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.