Les exportations de la Suisse en repli au premier semestre

Les exportations de la Suisse en berne au premier semestre

Photo: Keystone

Le commerce extérieur de la Suisse a marqué le pas au premier semestre, dans le contexte du franc fort. Les exportations ont reculé de 2,6% à 100,1 milliards de francs, tandis que les importations ont diminué de 7,4% à 82,5 milliards.

En termes réels, les ventes à l'étranger ont reculé de 0,8%, alors que les achats ont affiché une timide hausse de 0,5%. Le solde de la balance commerciale s'élève à 17,7 milliards de francs, a indiqué mardi dans un communiqué l'Administration fédérale des douanes (AFD).

Sous l'effet du franc fort, les prix se sont contractés, en particulier pour les biens importés. Les prix des biens exportés se sont réduits de 1,8%. Une nette majorité des branches exportatrices ont fait face à des prix en baisse et à des ventes en recul. L'industrie du papier et des arts graphiques a accusé la plus forte baisse, de 12,6%.

Première branche exportatrice, l'industrie chimique et pharmaceutique a fléchi de 4,3% à 41,3 milliards de francs. Autre poids lourd, l'industrie des machines et de l'électronique a pour sa part affiché une baisse de 5,2%. L'horlogerie est parvenue à tirer son épingle du jeu, en hausse de 0,4%, ainsi que les instruments de précision (+0,6%).

L'Europe à la peine

La bijouterie et joaillerie se démarque avec une croissance de 15,2%, une évolution qui s'explique principalement par les changements d'assortiment, selon l'AFD.

Le chaud et le froid ont soufflé sur les principaux marchés d'exportation, relève l'Administration fédérale des douanes (AFD). L'Amérique du Nord et l'Asie ont gagné 5,5 respectivement 2,7%. L'Europe, qui contribue à plus de la moitié des exportations, affiche en revanche un recul de 6%.

Les livraisons ont plongé de 13,8% vers l'Autriche. Elles ont reculé de 6 à 10% vers les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne et la France. Les exportations vers l'Allemagne, premier partenaire commercial de la Suisse, ont baissé de 7,3% à 17,9 milliards de francs. A contrario, le Royaume-Uni a progressé d'un dixième grâce aux produits pharmaceutiques.

Dynamisme américain

L'Afrique a perdu 14,6%, contre seulement 0,7% pour l'Amérique latine. Le continent asiatique a montré plusieurs visages. Le Qatar et l'Arabie saoudite ont bondi. A l'opposé, Hong Kong a subi un recul de 16,7%, plombé par la baisse des montres et de la bijouterie.

A l'importation, seule l'Amérique du Nord a progressé, à côté de l'Océanie. Les Etats-Unis ont enregistré une hausse de 15,1% grâce à la pharma. Les importations européennes ont diminué de 9,4%, tandis que les envois asiatiques ont perdu 3,1%.

Spirale négative

En termes désaisonnalisés et comparées au trimestre précédent, les exportations nominales ont subi une 'baisse marquée' (-2,4%) au deuxième trimestre, constate l'AFD. En termes réels, cette évolution est toutefois quelque peu à relativiser (+0,5%).

Les importations ont pour leur part essuyé un troisième recul consécutif (-5,8%), la tendance négative se renforçant de trimestre en trimestre. En termes réels, l'évolution est aussi clairement négative (-3,7%).

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.