Les éditeurs se sentent menacés par l'alliance SSR-Swisscom-Ringier

Les éditeurs se sentent menacés par l'alliance SSR-Swisscom-Ringier

Photo: Keystone

Les éditeurs alémaniques estiment que l'alliance entre la SSR, Swisscom et Ringier sur le marché publicitaire menace la diversité des médias. Ils exigent un temps d'arrêt afin d'examiner des modèles alternatifs.

La nouvelle alliance dans la publicité n'a jusqu'à présent donné aucune information sur des éléments essentiels, notamment sur l'accès aux données des utilisateurs, a indiqué mardi l'association des éditeurs alémaniques Schweizer Medien, lors d'une conférence de presse à Zurich.

Il existe un risque important que l'alliance SSR-Swisscom-Ringier engendre des distorsions de la concurrence sur le marché publicitaire, estiment les éditeurs alémaniques en se basant sur une étude de l'institut Polynomics, à Olten (SO).

Argument politique

Dire que l'alliance est dirigée en premier lieu contre Google et Facebook n'est qu'un argument purement politique. Dans la réalité, il s'agit de domination sur le marché publicitaire suisse, selon les éditeurs alémaniques.

Pour son étude, Polynomics a rencontré une trentaine d'experts suisses et étrangers et discuté avec des conseillers nationaux. Du point de vue économique, l'alliance se justifie. Les critiques ne portent pas sur la joint-venture, mais sur la participation de la SSR et de Swisscom.

La SSR, subventionnée par l'Etat, et Swisscom, société détenue majoritairement par l'Etat, entrent ainsi dans un marché où la concurrence joue. Comme ces deux sociétés disposent d'avantages en matière de financement, les sociétés privées sont ainsi pénalisées, concluent les éditeurs.

Données des utilisateurs

La publicité ciblée que souhaite réaliser l'alliance SSR-Swisscom-Ringier n'est possible qu'en utilisant les données des utilisateurs. Les trois associés n'ont encore donné aucune information sur l'utilisation qui sera faite de ces données et sur qui y aura accès, soulignent les éditeurs alémaniques.

Schweizer Medien recommande d'étudier d'autres modèles. On pourrait ainsi imaginer que les données des utilisateurs relatives à la publicité et collectées par l'alliance soient mises à disposition de tous les médias à prix coûtant et sans discrimination par l'intermédiaire d'une société neutre.

Temps d'arrêt et discussions

Il faut absolument engager la discussion entre la SSR, Swisscom et les éditeurs. Ces derniers se disent 'prêts à mener des discussions constructives sur un concept pour le marché publicitaire'.

Mais Schweizer Medien estime qu'il faut d'abord marquer un temps d'arrêt avant que l'alliance publicitaire entre la SSR, Swisscom et Ringier soit effective et menace la diversité des médias, a indiqué le président des éditeurs alémaniques Hanspeter Lebrument.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.