Les Tessinois adoptent le salaire minimum contre le dumping

Les Tessinois adoptent le salaire minimum contre le dumping

Photo: Keystone

Après Neuchâtel et le Jura, le Tessin est le troisième canton à choisir le salaire minimum pour lutter contre la sous-enchère. Revers en revanche pour les automobilistes 'écolos': ils ne recevront pas de soutien financier du canton.

Selon les Verts, qui ont lancé l'initiative 'Sauvez le travail', le salaire minimum est un moyen efficace de lutter contre le dumping salarial lié à l'afflux des frontaliers. Les électeurs les ont suivis en disant oui à 54% avec 50'419 voix contre 41'775.

Le soutien d'une partie de la Lega n'y est sans doute pas étranger. Le taux de participation a atteint 43%.

Le salaire minimum est un thème récurrent. Au Tessin, il sera désormais aussi appliqué aux secteurs économiques sans convention collective. Le montant sera fixé sur la base du salaire national médian.

Le Conseil d'Etat, qui compte deux représentants de la Lega dans ses rangs, avait pourtant refusé le texte. Un salaire minimum par branche rate sa cible, selon lui, car autant les travailleurs tessinois que les frontaliers bénéficieront de cette mesure.

Le PLR et l'UDC ont aussi voté contre cette mesure, comme les Suisses l'an dernier: la dernière initiative pour un salaire minimum à 4000 francs a été balayée par 76,3% des voix.

Pour les opposants, l'introduction d'un salaire minimum va encore renchérir les prix. Une perspective peu souhaitable après l'abandon du taux plancher avec l'euro pour les entreprises d'exportation.

Pas de soutien aux automobilistes 'verts'

Les Tessinois qui choisiront un véhicule moins polluant ou électrique ne recevront pas d'argent du canton. Les citoyens ont refusé un crédit de 16 millions de francs par 66% des voix avec 62'018 non contre 30'557. La participation a aussi atteint 43%.

Cette mesure devait être financée par une hausse de l'impôt sur les véhicules entre 1 et 5%. Les jeunes UDC et PLR, qui gagnent ainsi le scrutin, avaient lancé un référendum avec l'argument que l'impôt tessinois sur les véhicules est l'un des plus élevés en comparaison intercantonale.

Le Tessin devra trouver à l'avenir une autre parade, car il est confronté à d'importants problèmes de circulation et pas uniquement en raison de l'afflux quotidien des frontaliers. Avec 608 voitures pour 1000 habitants, le canton enregistre le taux de motorisation le plus élevé d'Europe.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.