Le projet d'agrandissement du Musée d'art et d'histoire est refusé

Le projet d'agrandissement du Musée d'art et d'histoire est refusé

Photo: Keystone

Les oppositions multiples auront eu raison du projet de rénovation et d'agrandissement du Musée d'art et d'histoire (MAH) de Genève. Le crédit de réalisation a été refusé par 54,34% des citoyens de la Ville de Genève. Le taux de participation s'est élevé à 46,6%.

'Le Conseil administratif prend acte avec regret de ce résultat', a déclaré dimanche devant les médias Sami Kanaan, magistrat en charge de la Culture. Selon lui, les modifications apportées au projet initial de l'architecte français Jean Nouvel, l'amélioration récente de la convention passée avec la Fondation Gandur pour l'art et la présentation du projet scientifique n'ont pas suffi pour convaincre.

L'exécutif municipal promet de se remettre au travail comme il l'avait fait pour le projet du Musée d'ethnographie, refusé une première fois par le souverain en 2001. En l'absence de plan B pour le bâtiment centenaire du MAH, il faudra partir de zéro. Une feuille de route pour un nouveau projet, tenant compte des critiques, sera présentée avant l'été, a assuré Sami Kanaan.

Son collègue Rémy Pagani, en charge des constructions et de l'aménagement, a précisé la méthode: définition d'un cahier des charges avec tous ceux qui voudront y participer sur la base des missions du musée, dépôt d'un crédit d'étude comprenant un concours d'architecture international, désignation du jury et demande du crédit de réalisation du nouveau projet.

Convention caduque

L'exécutif municipal se dit très inquiet au sujet du musée, qui n'a jamais fait l'objet d'une rénovation. Une fermeture n'est pas souhaitable, mais une évaluation de l'état du bâtiment sera réalisée afin d'assurer la sécurité des oeuvres, du personnel et du public.

Sami Kanaan craint aussi que le 'non' de dimanche ne soit peut-être mal compris par les mécènes. 'Il faudra leur redonner confiance', a-t-il relevé. La moitié du crédit de 132 millions de francs, destiné au projet et attaqué par voie référendaire par l'UDC, Ensemble à gauche et Patrimoine Suisse Genève, était assurée par des dons privés. Le résultat de dimanche annule tout.

La Fondation pour l'agrandissement du MAH, qui a récolté 11 millions de promesses de dons, est désormais dissoute. Et la Fondation Gandur pour l'art, de l'homme d'affaires Jean Claude Gandur, qui devait verser 20 à 40 millions en échange du prêt et de l'exposition pendant 99 ans d'une partie de ses collections d'antiquités et de peinture, a annoncé que la convention avec la Ville est caduque.

'Pas de rénovation seule'

Alors que cette convention était vivement critiquée, Sami Kanaan réaffirme que 'les choses étaient très transparentes'. Il entend continuer dans cette direction, en respectant les règles 'de transparence et de primauté de l'intérêt public'.

L'urgence de la rénovation du bâtiment étant reconnue par tous, le comité référendaire préconise d'aller de l'avant. Pour la Ville, la rénovation seule n'est pas une option. Elle figerait le bâtiment dans sa conception de 1910, sans tenir compte des besoins de la population. En outre, elle coûterait davantage que les 65 millions de fonds publics prévus initialement.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.