Le président de la transition de retour à la tête du Burkina Faso

Le président de la transition de retour à la tête du Burkina Faso

Photo: Keystone

Le président de la transition Michel Kafando a annoncé mercredi avoir repris les rênes du pouvoir au Burkina. Il a été renversé il y a une semaine par un coup d'Etat de la garde présidentielle.

'Je reprends service (...) la transition est ainsi de retour et reprend à la minute même l'exercice du pouvoir d'Etat', a déclaré M. Kafando devant des journalistes. Il a ajouté que la médiation régionale attendue dans la journée devait 'prendre en compte la volonté du peuple burkinabè'.

Dans la nuit, le chef des putschistes et ancien bras droit de l'ex-président Blaise Compaoré, le général Gilbert Diendéré a confirmé à l'AFP que le président Michel Kafando serait 'remis en selle' mercredi.

M. Kafando avait été renversé le 17 septembre par un coup d'Etat mené par le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), unité d'élite de l'armée burkinabè et garde prétorienne de l'ancien président Compaoré.

Coup d'arrêt

Ce putsch avait porté un brusque coup d'arrêt à l'organisation d'élections générales prévues en octobre. Le scrutin est censé clore la période de transition ouverte par la chute de l'ex-président, chassé par un soulèvement populaire en octobre 2014.

'Vu la clameur nationale contre les usurpateurs, c'est l'aveu même que le gouvernement de transition que vous avez librement choisi et en qui vous avez totalement confiance est resté le seul à incarner la volonté du peuple souverain', a ajouté M. Kafando, visiblement détendu et entouré de ses proches collaborateurs.

Le président de la Transition a par ailleurs appelé 'à rester mobilisés autour de la transition pour qu'ensemble nous continuions ce que nous avons commencé, à savoir remettre le processus électoral sur les rails après avoir naturellement pansé les plaies et honoré les mémoires de nos compatriotes injustement tombés pour la défense de la patrie'.

Chefs d'Etat attendus

'En ce qui concerne les dernières propositions de la Cédéao pour une sortie de crise, il est évident qu'elle ne nous engagerons que si elles prennent en compte la volonté du peuple burkinabè exprimée dans la charte de la transition', a-t-il ajouté.

Pas moins de six chefs d'Etat de la Cédéao (Nigeria, Niger, Togo, Ghana, Bénin et Sénégal) étaient attendus dans la matinée à Ouagadougou pour superviser le rétablissement des autorités de transition.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.