Le nouveau patron de Credit Suisse veut accélérer les changements

Le nouveau patron de Credit Suisse veut accélérer les changements

Photo: Keystone

Le nouveau directeur général de Credit Suisse, Tidjane Thiam, veut faire évoluer rapidement la banque. Il entend toutefois se donner encore un peu de temps, pour savoir dans quelle direction il faut développer le numéro deux bancaire suisse.

Les investisseurs sont devenus impatients et attendent une 'transformation rapide et, peut-être, devons-nous en effet évoluer plus rapidement', déclare Tidjane Thiam dans une interview diffusée samedi par la Neue Zuercher Zeitung. Ce qui est clair, c'est que la banque doit 'mettre en oeuvre très rapidement et de manière disciplinée des projets'.

Le plus grand défi du quinquagénaire sera la répartition du capital entre les secteurs d'activité. M. Thiam entend laisser jouer loyalement la concurrence. Le credo de son ancien emploi était: 'Le capital doit aller là où il y a le plus grand potentiel de rendement'.

Actuellement, la part de la banque d'investissement dans le capital est supérieure à sa contribution au bénéfice. A la question de savoir si la banque d'investissement va être réduite, le patron de Credit Suisse répond: 'Nous vous donnerons une réponse dans quelques mois'. Il dit par ailleurs ne pas avoir de préférence entre cette option et le renforcement de la gestion de patrimoine.

La conformité, un investissement

M. Thiam se montre favorable à la régulation du secteur bancaire, confronté à de nouvelles règles depuis la crise financière. 'Je ne vois pas la réglementation comme un obstacle', indique-t-il.

'Les clients nous font confiance pour placer leur argent durement gagné et il est important qu'ils puissent compter sur nous. Telle est la signification profonde la réglementation; elle est une chose absolument bonne', explique-t-il.

Il ne se plaint également pas du coût croissant de la conformité, c'est-à-dire les efforts que doivent faire les banques pour se conformer aux règles. Selon lui, on peut aussi voir la conformité comme un investissement pour le futur, car la branche a beaucoup perdu en crédit. 'Il faut le reconstruire, ce qui engendre un coût'.

Le coeur toujours en Suisse

Tidjane Thiam affirme que le 'coeur de Credit Suisse continuera d'être en Suisse'. Ceci est important, car les entreprises, 'qui bénéficient d'une forte position chez elles', jouissent d'un niveau de crédibilité élevé sur les marchés étrangers.

Fils d'une nièce de l'ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny et d'un journaliste sénégalais, Tidjane Thiam est diplômé de l'Ecole polytechnique et de l'Ecole nationale supérieure des mines de Paris. Le Franco-Ivoirien de 52 ans a succédé à Bradley Dougan à la tête de Credit Suisse à la fin juin. Il dirigeait auparavant l'assureur Prudential.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.