Le ministre des finances grec Varoufakis annonce sa démission

Matteo Renzi prône une Europe

Photo: Keystone

Alexis Tsipras s'est entretenu lundi au téléphone avec Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), ainsi qu'avec le président russe Vladimir Poutine. Rien n'a filtré de leurs entretiens. Quant à Matteo Renzi, il prône une Europe 'des valeurs'.

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a indiqué lundi que la réunion de l'Eurogroupe prévue mardi devra permettre de trouver une solution définitive à la crise grecque.

L'UE doit, elle aussi, se réformer et mettre l'accent sur les 'valeurs' et pas seulement sur les chiffres ou sur des paramètres, a-t-il ajouté. 'Si nous restons prisonniers des règles et de la bureaucratie, l'Europe est fichue. Construire une Europe différente ne sera pas chose facile après ce qui s'est passé ces dernières années. Mais l'heure est venue aujourd'hui d'essayer et de le faire tous ensemble', a conclu le président du Conseil italien.

Les ministres des finances de la zone euro doivent se retrouver mardi à 13h00 (heure suisse) pour évoquer le sort de la Grèce.

Insécurité et instabilité

Côté suisse, le message des Grecs à l'issue du référendum de dimanche est 'un message d'insécurité', selon Didier Burkhalter. 'Le drame grec qui se joue maintenant est un élément d'instabilité, d'un côté économique et financier, mais aussi politique', a souligné le chef de la diplomatie suisse lundi sur la RTS.

Sans vouloir commenter 'dans le détail' le vote grec, - 'nous n'aimons pas qu'on commente les nôtres' - M. Burkhalter juge 'un peu dangereux' d'augmenter 'la distance entre les peuples et les institutions'.

Maintenant, 'les autorités doivent convaincre et montrer la nécessité de réformes', a ajouté le conseiller fédéral. 'Il y a une difficulté à comprendre les mesures d'austérité. Il y a un débat pour ou contre l'austérité', a-t-il dit.

Le vrai débat, selon lui, est de 'savoir comment construire un avenir qui évite des situations de déséquilibre et d'instabilité non seulement financière, mais qui ont des impacts après sur la vie des gens dans un pays comme la Grèce ou même dans un continent comme l'Europe', a conclu le chef de la diplomatie suisse.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.