Le milliardaire suisse Hansjörg Wyss comparaît aux Etats-Unis

Le milliardaire suisse Hansjörg Wyss comparaît aux Etats-Unis

Photo: Keystone

Le milliardaire suisse Hansjörg Wyss, ancien patron et fondateur de l'entreprise de technique médicale Synthes, doit comparaître devant un tribunal aux Etats-Unis. Il lui est reproché d'avoir incité des médecins à procéder à des essais mortels avec un ciment osseux.

Sur le banc des accusés, au tribunal civil, figurent Synthes, M. Wyss et un médecin de la famille de Reba Golden. Reba Golden est décédée en 2007 sur la table d'opération pendant une intervention censée être de routine. Les plaignants font valoir que le médecin responsable savait que le ciment osseux Norian, de la firme Synthes, n'était pas autorisé pour les opérations du dos.

En 2009 déjà, le Ministère public américain avait accusé l'entreprise américano-suisse Synthes et quatre de ses dirigeants d'avoir mené des essais cliniques illégaux sur des patients. Trois d'entre eux avaient été condamnés à des peines de prison et Synthes avait dû payer une amende de plus de 23 millions de dollars.

Essais mortels sur des porcs

Hansjörg Wyss n'avait pas été impliqué dans cette procédure pénale. Mais il en va maintenant autrement dans la plainte civile de la famille Golden. L'avocat de la famille, Rick Friedman, a argumenté lundi à Seattle, dans l'Etat fédéral de Washington, que M. Wyss était conscient que le Norian peut être utilisé pour les os du crâne et des bras, mais qu'il peut être mortel dans les interventions sur la colonne vertébrale en raison d'un risque élevé de caillots de sang.

Selon l'avocat, lors d'essais de Norian réalisés au début des années 2000 sur des porcs, les animaux étaient morts en quelques secondes. Me Friedman a affirmé que M. Wyss a tout de même décidé de lancer des essais sur l'être humain au lieu d'entamer une lente et onéreuse procédure d'autorisation.

L'avocat de Synthes, James Smith, relève que l'entreprise a clairement signalé aux médecins que le ciment osseux Norian ne dispose pas d'une autorisation de l'Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) pour les interventions dans la colonne vertébrale. En outre, à l'époque de l'opération de Reba Golden, Synthes s'était déjà retiré de ce marché.

Le médecin argumente que son utilisation du Norian sur Reba Golden répondait à toutes les normes de sécurité. Selon des informations de plusieurs médias, Hansjörg Wyss clame aussi son innocence. Il ne connaissait pas la patiente et n'a jamais parlé de son opération avec le médecin.

On s'attend à ce que le cas soit pendant durant plusieurs semaines, probablement jusqu'au mois d'août, devant la Cour suprême de l'Etat de Washington. Synthes et M. Wyss encourent le versement de dommages-intérêts à hauteur de plusieurs dizaines de millions. En plus de la plainte de la famille Golden, trois autres cas semblables sont pendants contre Synthes.

Wyss, sponsor des démocrates

Cette affaire défraie en outre la chronique parce que M. Wyss est connu comme étant un donateur pour des politiciens du Parti démocrate. Il passe aussi pour un ami de Bill et Hillary Clinton. Des partisans du Parti républicain prétendent que l'entrepreneur bernois a échappé à une plainte lors du premier procès sur Norian parce qu'il a bénéficié de la protection de ses amis haut placés.

M. Wyss avait vendu sa participation dans Synthes en 2011 au groupe américain Johnson & Johnson. Avec sa fortune de plusieurs milliards de dollars, il est l'un des Suisses les plus riches. Dans le dernier classement annuel du magazine américain Forbes, il occupe le 196e rang des personnes les plus riches de la planète.

Mécène de la recherche

En Suisse, Hansjörg Wyss a aussi fait parler de lui ces dernières années en tant que mécène de plusieurs projets scientifiques. Il a ainsi soutenu le Campus Biotech, à Genève, un gigantesque site de recherche de pointe consacrée notamment aux neurosciences.

Et il a participé au financement du Wyss Translational Center à Zurich, un centre de recherche qui associe les sciences de la médecine, de la nature et de l'ingénierie.

Sur le plan politique, l'entrepreneur s'est distingué en affirmant vouloir soutenir financièrement l'initiative 'Sortons de l'impasse', qui doit permettre de revenir sur l'adoption de l'initiative de l'UDC sur l'immigration en février 2014.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.