Le dôme de Tchernobyl en place pour sécuriser le site

L'arche de confinement de Tchernobyl en place

Photo: Keystone

La plus grande structure terrestre mobile jamais construite est venue coiffer mardi la centrale nucléaire de Tchernobyl. Elle devra isoler pendant une centaine d'années le réacteur n°4 et son sarcophage endommagé.

'Beaucoup ont douté, beaucoup n'y croyaient pas. Je vous félicite les amis! Yes! Nous l'avons fait!', a lancé le président ukrainien Petro Porochenko lors de la cérémonie d'inauguration. 'Que la terre entière constate aujourd'hui ce dont l'Ukraine et le reste du monde sont capables quand ils unissent leurs forces, comment nous sommes parvenus à protéger le monde de la contamination et des menaces nucléaires'.

L'hyperstructure de 257 mètres de long, 162 de large et 108 de haut pour un poids total de 36'000 tonnes a été conçue pour résister à des températures et des conditions atmosphériques extrêmes, ainsi qu'à la corrosion. Quatre jours ont été nécessaires pour la placer au-dessus du site. Visible à des kilomètres, elle permettra d'achever le démantèlement du réacteur.

La construction de l'ouvrage a été réalisée par Novarka, un consortium rassemblant les entreprises françaises Vinci Construction et Bouygues Construction. Au total, la construction et la mise en place ont coûté deux milliards d'euros (environ 2,1 milliards de francs). Une quarantaine de pays ont participé au financement, coordonné par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

Défi technologique

'Nous avons célébré aujourd'hui à Tchernobyl la fin réussie de l'opération du poussage de l'arche, une étape clé avant l'aboutissement du programme international pour transformer Tchernobyl en un site sûr et sans danger pour l'environnement d'ici novembre 2017', a indiqué Novarka dans un communiqué. L'arche ne sera en effet opérationnelle que fin 2017, le temps d'installer et mettre en service ses divers équipements.

'Nous sommes très fiers d'avoir pu contribuer activement à la réalisation de ce défi technologique unique au monde', dit Nicolas Caille, directeur du projet Novarka, cité dans le communiqué. 'L'arche de confinement de Tchernobyl est une véritable prouesse d'ingénierie qui permettra d'offrir des conditions de sécurité optimales au peuple ukrainien pour les 100 prochaines années'.

Malgré la mise en place de l'arche, une zone de 2600 kilomètres carrés autour du site - une surface équivalente à celle du Luxembourg - restera inhabitable et interdite aux visiteurs.

Bilan humain contesté

Aux premières heures du 26 avril 1986, la fusion du réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl a projeté dans l'atmosphère des nuages chargés de particules radioactives, dont les effets sanitaires se font encore sentir aujourd'hui. La catastrophe la plus grave de l'histoire du nucléaire civil a fait 50'000 déplacés et mis en évidence les déficiences du système soviétique.

Quelque 600'000 soviétiques ont alors été dépêchés sur les lieux de l'accident pour éteindre l'incendie, construire le sarcophage de béton et nettoyer les territoires aux alentours.

Aujourd'hui, le bilan humain de la catastrophe fait toujours débat. Le comité scientifique de l'ONU (Unscear) ne reconnaît officiellement qu'une trentaine de morts chez les opérateurs et pompiers tués par des radiations aiguës juste après l'explosion. Selon certaines estimations, le bilan se chiffre en milliers de morts.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.