Le Premier ministre turc balaye les « lignes rouges » européennes

Le Premier ministre turc balaye les

Photo: Keystone

La Turquie n'a que faire des 'lignes rouges' européennes en matière de liberté de la presse, a affirmé mardi le Premier ministre Binali Yildirim. Il s'est exprimé au lendemain de l'arrestation de plusieurs membres de la rédaction de Cumhuriyet, quotidien d'opposition.

Martin Schulz, président du Parlement européen, a estimé sur Twitter qu'une 'nouvelle ligne rouge' avait été franchie avec ces interpellations.

'Mes frères, nous nous fichons des lignes rouges. C'est au peuple de les tracer. Quelle importance vos lignes ont-elles ?', a déclaré le chef du gouvernement, s'adressant aux membres du groupe parlementaire de l'AKP, le parti au pouvoir.

'Nous n'avons pas de problème avec la liberté de la presse. C'est ce que nous ne pouvons pas faire comprendre à nos amis européens. Ils mettent toujours la liberté de la presse en travers de notre chemin dans la lutte contre le terrorisme', a-t-il ajouté.

La police turque a procédé lundi à l'arrestation d'une douzaine de membres du personnel de Cumhuriyet, dont son rédacteur en chef, accusés de crimes commis au nom des séparatistes kurdes et du réseau du prédicateur Fethullah Gülen, qu'Ankara considère comme l'instigateur du coup d'Etat manqué du 15 juillet. Outre Martin Schulz, l'Union européenne et les Etats-Unis ont condamné ces arrestations.

'Nous ne nous rendrons pas', affirme mardi le quotidien sur sa 'une'. Plusieurs dizaines de personnes ont monté la garde durant la nuit devant les locaux du journal à Istanbul.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.