Le PKK suspecté d'avoir saboté le gazoduc irano-turc

Erdogan met fin au processus de paix avec le PKK

Photo: Keystone

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a jugé mardi impossible de poursuivre le processus de paix avec les séparatistes kurdes. Ankara a à nouveau reçu le soutien de l'OTAN.

'Il est impossible pour nous de poursuivre le processus de paix avec ceux qui menacent notre unité nationale', a dit le chef de l'Etat avant son départ pour une visite en Chine.

Il a également préconisé que les responsables politiques liés à des 'groupes terroristes' soient privés de leur immunité et poursuivis en justice. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Depuis l'attentat suicide de Suruç qui a fait 32 tués le 20 juillet, la Turquie a lancé des frappes contre le groupe Etat islamique en Syrie et les camps du PKK en Irak. Le PKK estime désormais que la trêve qu'il observe depuis 2013 pour permettre des négociations de paix est vide de sens.

M. Erdogan a également jugé que le lancement d'une 'zone de sécurité' dans le nord de la Syrie permettrait le retour en territoire syrien d'un million sept cent mille réfugiés actuellement hébergés par la Turquie.

Le gouvernement turc a fait savoir lundi qu'il discutait avec les Etats-Unis de cette zone de sécurité.

Discussion à l'OTAN

La Turquie ne 'reculera pas' devant la menace 'terroriste' et poursuivra avec 'détermination' sa lutte contre le groupe Etat islamique (EI) et contre le PKK, a aussi réaffirmé le président.

De son côté, le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a assuré la Turquie de la 'forte solidarité' de l'Alliance face au 'terrorisme', à l'ouverture d'une réunion d'urgence à Bruxelles demandée par Ankara.

Cette réunion 'est opportune pour répondre à l'instabilité aux portes de la Turquie et aux frontières de l'OTAN', a affirmé M. Stoltenberg.

Auparavant, une explosion d'origine criminelle avait endommagé dans la nuit de lundi à mardi le gazoduc qui relie l'Iran à la Turquie dans la province frontalière d'Agri, dans l'est de la Turquie. Les médias attribuent cet attentat au PKK.

'L'explosion a causé un incendie. Mais nous avons réussi à l'éteindre rapidement. L'acheminement du gaz reprendra dès que le gazoduc sera réparé', a souligné ministre turc de l'Energie Taner Yildiz dans un communiqué cité par l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.