Le MPC a saisi 9 terabytes de données dans l'enquête contre la FIFA

Le MPC a saisi 9 térabytes de données dans l'enquête contre la FIFA

Photo: Keystone

Le Ministère public de la Confédération a saisi quelque 9 térabytes de données dans l'enquête liée à l'attribution de deux Coupes du monde de football tandis que des banques suisses ont signalé 53 relations bancaires suspectes. Joseph Blatter pourrait être interrogé.

Jusqu'ici, le Ministère public de la Confédération (MPC) a auditionné dix personnes. Et le procureur général de la Confédération Michael Lauber n'exclut pas d'interroger le président de la FIFA, Joseph Blatter ainsi que son secrétaire général, Jérôme Valcke, si les investigations le requièrent, a-t-il affirmé mercredi à Berne devant les médias.

Des banques suisses ont annoncé 53 relations bancaires suspectes au Bureau de communication en matière de blanchiment (MROS), a en outre relevé le procureur général. Il s'est réjoui de noter que les établissements 'avaient rempli leur devoir' en signalant ces irrégularités. Quelque 104 autres relations bancaires ont été identifiées dans cette affaire.

'Il faut être conscient que chacune de ces relations implique plusieurs comptes bancaires', a souligné le procureur général. La quantité de données saisies est gigantesque, a-t-il reconnu. A titre de comparaison, l'ensemble des documents numérisés de la bibliothèque du Congrès américain représente un volume de 10 térabytes (TB).

Des mois, voire des années

Le juriste ne peut donc pas estimer la durée de cette enquête, par ailleurs 'très complexe'. Cela pourrait durer des mois ou des années, a-t-il annoncé. 'Le monde du football doit être patient, cela durera sûrement plus que 90 minutes' (la durée d'un match), a insisté l'avocat.

Avant d'ajouter que le planning de la FIFA lui est 'complètement égal'. 'Ce qui m'intéresse, c'est cette enquête pénale. Je ne fais pas de politique'.

Actuellement le MPC analyse les données descellées et définira sur cette base les priorités de l'enquête. Mais la discrétion reste importante, a insisté Michael Lauber. Il n'a pas souhaité préciser ni le genre, ni le montant des transactions. Selon lui, chaque information rendue publique peut mener à la suppression de preuves. Il a toutefois assuré qu'il communiquerait dès qu'il le pourrait.

Pas d'échange automatique

Le procureur a également martelé que l'enquête suisse était conduite indépendamment et se calque sur 'la législation suisse'. Une Task Force spéciale a été mise en place. Et les informations saisies ne sont pas 'automatiquement partagées' avec les Etats-Unis.

C'est la première fois que Michael Lauber s'exprimait depuis que le MPC a saisi, le mois dernier, des données et documents de la FIFA dans le cadre d'une enquête pénale sur l'attribution des coupes du monde 2018 à la Russie et 2022 au Qatar.

Une plainte déposée par la FIFA contre inconnu en novembre 2014 est à la base de cette procédure. Elle avait été motivée par les conclusions du rapport Garcia, diligentée par Michael Garcia, ancien procureur américain, devenu président de la chambre d'instruction de la commission d'éthique de la Fédération. Celui-ci dénonçait 'un mauvais comportement présumé de diverses personnes dans le cadre de l'attribution' de ces deux Mondiaux.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.