Le G20 s'accorde sur des relances monétaires et budgétaires

Le G20 s'accorde sur des relances monétaires et budgétaires

Photo: Keystone

Les pays du G20 se sont mis d'accord samedi à Shanghai pour recourir à des politiques de relance monétaires et budgétaires afin de conforter une économie mondiale en panne. Les grandes banques centrales devront poursuivre voire accroître leur politique accommodante.

Les argentiers des grandes puissances, réunis vendredi et samedi dans la métropole chinoise, se sont entendus pour utiliser tous les outils (politique monétaire, relance budgétaire, réformes structurelles), à la fois 'individuellement et collectivement', selon l'ébauche du communiqué final du G20-Finances rapportée samedi par l'agence de presse américaine Bloomberg News.

Le conseiller fédéral Ueli Maurer et le président de la Banque nationale suisse Thomas Jordan étaient également en Chine.

'Les politiques monétaires continueront de soutenir l'activité économique et de garantir la stabilité des prix', même si elles ne peuvent à elles seules 'conduire à une croissance durable', souligne le texte, dont la version finale sera dévoilée plus tard samedi.

La politique budgétaire, qui consiste pour les Etats à gonfler leurs dépenses publiques pour stimuler la demande et l'activité, devra être mise en oeuvre 'de façon flexible', poursuit l'ébauche du texte. Le G20-Finances s'était cependant ouvert sur de nettes divergentes entre plusieurs Etats membres.

Entreprises 'zombies'

Les relances budgétaires 'ont perdu de leur efficacité' et les politiques monétaires 'ultra-accommodantes pourraient devenir contreproductives' au vu de leurs effets pervers potentiels, a martelé vendredi le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble.

Il a dit redouter que ce débat ne détourne les grandes puissances de leurs 'véritables tâches', les réformes structurelles, avant de railler 'un modèle de croissance fondé sur l'endettement' nourrissant des entreprises 'zombies'.

A l'inverse, plusieurs membres du G20, Etats-Unis et Union européenne en tête, avaient élevé la voix pour défendre de nouveaux assouplissements monétaires et réclamer que les Etats en ayant la possibilité dépensent davantage pour soutenir l'activité.

Une nécessité, ont-ils argué, face à l'essoufflement des moteurs de la croissance mondiale, alors que les signaux d'alarme sont légion, de la dégringolade des cours des matières premières aux violentes turbulences boursières.

Reprise inégale

'La magnitude de la volatilité des marchés ne reflète pas les fondamentaux de l'économie mondiale', tempère le texte du G20-Finances, tout en reconnaissant que 'la reprise économique reste inégale' à travers le globe.

Cette ébauche de communiqué aborde par ailleurs les risques géopolitiques pouvant déstabiliser encore davantage l'environnement économique, ajoute l'agence Bloomberg. Outre l'afflux de migrants en Europe, il pointe 'le potentiel choc d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne' (Brexit).

En revanche, le G20 ne cible pas explicitement les interventions de la Chine sur le yuan, mais il appelle les grandes puissances 'à se consulter étroitement' sur la situation des marchés des changes, dont les vives fluctuations exacerbent l'angoisse générale.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.