Large soutien à une maîtrise de l'énergie en Valais

Large soutien à une maîtrise de l'énergie en Valais

Photo: Keystone

Les barrages et la production hydroélectrique valaisanne doivent être contrôlés par le canton. Le Grand Conseil valaisan est entré en matière mardi sur une révision de la loi sur les forces hydrauliques.

L'objectif de maîtriser au moins 60% de la production hydroélectrique n'a été contesté que par une partie de la gauche lors du débat d'entrée en matière. Tous les autres groupes parlementaires ont approuvé le projet du gouvernement, non sans émettre des craintes.

La gauche aurait préféré une solution de cantonalisation de l'hydroélectricité. La solution proposée par l'exécutif est utopique et irréalisable, a estimé Marcelle Monnet-Terrettaz (PS).

Pour la gauche, les ouvrages les plus vétustes et les moins rentables ne trouveront pas preneur à l'heure de renouveler les concessions. Et pour les autres, le canton et les communes n'auront peut-être pas les liquidités pour un rachat.

Reprise à bas prix

Le chef du département cantonal de l'énergie Jean-Michel Cina a contesté cette vision. Au terme des concessions, les communes concédantes pourront reprendre gratuitement la partie dite mouillée des installations, qui représente au moins 80% de la valeur totale.

L'exécutif cantonal propose que les communes concédantes gardent 30% des installations, cèdent au canton à un prix dit 'solidaire' une part de 30% et disposent librement des 40% restants. L'idée est de revendre cette part à des partenaires externes.

Si l'entrée en matière a été acceptée par 104 voix contre 14 et une abstention, le projet n'est pas sans soulever des craintes. Elles ont surtout trait au prix de l'électricité qui s'est fortement replié en quelques années.

Actuellement, le kilowattheure (kWh) se négocie à environ 3 centimes sur le marché. Le coût de production des barrages valaisans est de l'ordre de 5 à 6 centimes le kWh. Et le canton n'a que peu de possibilités d'influencer les prix.

Un atout

Le Vert Christophe Clivaz estime que l'un des leviers sera l'initiative pour la sortie du nucléaire qui devrait être voté en fin d'année. Une décision de sortir du nucléaire serait favorable à l'hydroélectricité valaisanne.

L'eau est l'atout principal du Valais en matière énergétique. 'Malgré un effondrement des prix, il faut croire en ce potentiel', a déclaré Egon Furrer (PDC). La maîtrise de la production hydroélectrique comporte des risques, mais aussi des chances.

Les concessions des installations hydroélectriques valaisannes arrivent à échéance dès l'année prochaine et progressivement jusqu'en 2087. Lors des premières discussions sur l'exercice de ces droits de retour, la valeur des barrages valaisans étaient évaluée à une vingtaine de milliards de francs. Actuellement les chiffres articulés sont inférieurs à 10 milliards.

L'énergie hydraulique représente environ 55% de la production d'électricité en Suisse. Les aménagements valaisans produisent 10'000 gigawattheures, soit 28% de l'hydroélectricité suisse. Le canton du Valais contrôle environ 20% de la production cantonale via la société Forces Motrices Valaisannes (FMV) SA propriété du canton et des communes.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.