La consommation d'eau minérale a bondi en Suisse l'an passé

La consommation d'eau minérale a bondi en Suisse l'an passé

Photo: Keystone

La canicule estivale a fait bondir l'an passé en Suisse la consommation d'eau minérale naturelle. Le franc fort a lui stimulé les importations de boissons rafraîchissantes en provenance de la zone euro, au détriment de la production indigène.

En 2015, le marché suisse de l’eau minérale a connu une croissance de 4,7%, a annoncé mercredi l'Association suisse des sources d'eaux minérales et des producteurs de soft drinks (SMS). La consommation annuelle globale a atteint 964,9 millions de litres.

Chaque habitant a bu environ 115 litres d'eau en bouteille, contre 72 litres pour les sodas et autres boissons rafraîchissantes, selon les estimations provisoires de la SMS. Ainsi, pour se désaltérer, les Suisses préfèrent l’eau minérale naturelle à tout autre breuvage froid.

En juillet dernier, portées par les pics de température, les ventes d'eau minérale ont même décollé de 35% par rapport au même mois des années précédentes. Elles ont doublé comparativement aux mois d'hiver.

Importations voisines

En volumes, la production issue de sources locales reste la plus importante. Mais elle n'a augmenté l'an passé que de 2,3% pour atteindre 578,8 millions de litres. Les exportations ont aussi crû, de 3,9%, à 7,9 millions de litres.

Les importations ont quant à elles gagné 8,5% à 394 millions de litres, pour totaliser désormais près de 41% des ventes. Dans le détail, 47,8% des livraisons proviennent d’Italie, 41,6% de France et 9,7% d'Allemagne.

Le gros des eaux importées provient de sources voisines de la Suisse, à l'instar de San Pellegrino ou d'Evian, d'ailleurs membres de la SMS. L'organisation faîtière regroupe 16 entreprises, dont les entités helvétiques de Nestlé Waters, Allegra Passugger, Ramseier ou encore Coca-Cola.

Avec un chiffre d'affaires de plus de 1,2 milliard de francs, les membres de l'organisation englobent environ 84% des eaux minérales et 97% du volume des boissons rafraîchissantes produites dans le pays. Quelque 20'000 emplois y sont directement ou indirectement rattachés.

Chute des exportations

Or la branche pâtit de la faiblesse de l’euro, du tourisme d’achat et des importations parallèles du côté des détaillants suisses, souligne la SMS. La production locale se trouve confrontée à une pression croissante sur les marges et à un recul des résultats dans l’hôtellerie et la restauration faute de touristes européens.

Du côté des boissons rafraîchissantes, les ventes totales n'ont que légèrement augmenté de 1,5% sur un an, à 603,4 millions de litres en 2015, non sans un repli de 1,9% de la production indigène (505,8 millions de litres). Les exportations ont, elles, dégringolé de 16,2% à 35,3 millions de litres.

Les importations ont en revanche pris 9,8% (132,9 millions de litres), pour capter 22% du total des ventes. L’Allemagne fournit le tiers des importations, devant l’Italie (26,8%) et la France (12,4%).

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.