La concurrence s'intensifie dans le commerce en ligne en Suisse

La concurrence s'intensifie dans le commerce en ligne en Suisse

Photo: Keystone

Alors que la concurrence s'intensifie dans le commerce en ligne, les acteurs suisses de la branche ont vécu une année 2015 difficile. Ces derniers, mis sous pression par les grandes marques globales et les opérateurs étrangers, veulent investir dans leur logistique.

L'an passé, le commerce en ligne en Suisse a présenté une croissance plus modérée que les années précédentes. Un tiers des 36 entreprises sondées dans le cadre de l'étude 'E-Commerce Report' présentée mardi par la Haute école du Nord Ouest de la Suisse ont ainsi signalé un recul de leurs ventes.

Et le renforcement de la concurrence a constitué l'une des causes de ce repli, près de 90% des commerçants en ligne interrogés ayant constaté le phénomène. Ils ont tout particulièrement souffert de l'arrivée de nouveaux acteurs ainsi que des offres des prestataires étrangers, européens en particulier.

L'an passé, la part de marché des distributeurs étrangers a ainsi progressé de 18% en 2014 à 20%. Une croissance qui devrait d'ailleurs se poursuivre, à en croire 70% des commerçants sondés.

Améliorer les services

A ces concurrents sont également venus s'ajouter les propres boutiques en ligne des marques internationales, lesquelles ont fortement investi le réseau des réseaux ces dernières années. Un mouvement qui reflète d'une part un attrait moindre des consommateurs pour le commerce stationnaire et d'autre part, le souhait de certains fans de disposer d'un accès direct à leurs enseignes favorites.

En réaction, les détaillants helvétiques ont accru leurs investissements dans la logistique. Alors qu'auparavant ces dépenses visaient à réduire les délais de livraison, elles se destinent désormais à accroître l'efficacité et à améliorer les services.

Désormais, les entreprises suisses ne misent plus de manière aveugle sur une croissance du commerce en ligne, note l'auteur du rapport, Ralf Wölfle, cité dans le communiqué. Au rang des nouveautés en matière de services, l'enquête mentionne le développement des points de retrait pour les commandes passées sur internet.

Migros, par exemple, dispose désormais de pas moins de 290 points de retrait dans lesquels les clients peuvent réceptionner les commandes passées sur un des magasins en ligne du numéro un helvétique du commerce de détail. Selon M. Wöfle, l'accès au client se révèle décisif.

L'ombre d'Amazon

Les acteurs helvétiques du commerce en ligne suivent avec une attention particulière l'évolution du géant américain de la branche, Amazon. Certes, ce dernier, qui contrôle 8% du marché suisse, n'est pas dominant, mais le développement continu de sa palette de services à l'étranger laisse entrevoir le futur de cette activité.

Afin de maintenir à distance Amazon, une majorité d'entreprises suisses appellent de leurs voeux la naissance d'un pendant helvétique au géant d'outre-Atlantique. Si Ricardo.ch et siroop.ch représentent deux plates-formes d'achats en ligne, les sondés les jugent plutôt insignifiantes.

En revanche, les sociétés interrogées se montrent plus confiantes quant aux capacités de résistance de Galaxus et Brack.ch face à une concurrence accrue. Toutefois, ces deux enseignes ne constituent pas de véritables concurrents d'Amazon, celles-ci n'étant pas de places de marché en ligne.

Reste que pour l'heure, les acteurs helvétiques peuvent encore souffler, Amazon ne s'étant pas franchement et frontalement attaqué au marché suisse. Toutefois, tout pourrait changer très rapidement, estime l'étude. Et les prix, jugés trop élevés en Suisse, pourraient bien représenter le point d'attaque du groupe de Seattle.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.