La SSR devra négocier les droits avec Discovery - Incertitudes

La SSR devra négocier les droits avec Discovery - Incertitudes

Photo: Keystone

La SSR est dans l'incertitude pour les droits de retransmission des Jeux olympiques. Pour les épreuves de 2018 à 2024, le CIO a en effet cédé les droits de retransmission en Europe à Discovery, maison mère de la chaîne Eurosport.

'Nous n’avons pas encore commencé les négociations avec ce nouveau partenaire. Spéculer sur l’offre et sur le prix à ce stade ne rime à rien. Mais compte tenu des spécificités de la Suisse et de son marché, je suis raisonnablement optimiste', a indiqué jeudi Massimo Lorenzi, rédacteur en chef de RTS Sport, interrogé par l'ats.

Les questions de droits sont réglées jusqu'aux jeux de 2016. Pour la suite, donc dès les JO de 2018 en Corée du Sud, les négociations vont débuter 'ces prochains mois', a précisé M. Lorenzi. Et d'ajouter que ce n'est pas la première fois que la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) doit négocier avec un partenaire autre que le Comité international olympique (CIO).

La SSR se fixe toujours une limite à toute négociation de droits. 'Pas question de folie des grandeurs, on ne peut pas se le permettre, nous avons un budget global à tenir', souligne le chef des sports de la RTS. Il faut donc toujours bien évaluer le coût des compétitions dont la SSR achète les droits et l’impact de ces compétitions auprès du grand public suisse.

Renoncement pas envisagé

Si le prix exigé est trop élevé, peut-on imaginer que la SSR renonce aux Jeux olympiques? Massimo Lorenzi dit ne pas pouvoir répondre à cette question. Cette hypothèse n'est pas envisagée à ce stade. Mais il rappelle que la SSR a déjà, par le passé, fait l'impasse sur certaines compétitions jugées trop chères, comme la Coupe du monde de football au Japon et en Corée du Sud en 2002 ou la Formule 1.

Selon le responsable des sports, si la SSR peut négocier une offre sportive aussi riche et variée, ce n’est pas parce qu’elle paie plus, mais parce que le marché suisse est unique en son genre. C’est un marché vraiment très spécifique.

La diversité linguistique du pays exige en effet de tout présenter en trois langues. Cette spécificité linguistique et culturelle a donc, d’entrée, un coût structurel élevé qui n’intéressera pas un groupe privé désireux, lui, de maximiser son bénéfice, explique M. Lorenzi.

Le responsable relève encore qu'en matière de sport, ce que la SSR livre à son public pour le prix de la redevance coûte bien plus cher qu’elle ne rapporte. C'est ce qu'il appelle la mission de service public.

Droits cédés pour 1,3 milliard d'euros

Lundi, le CIO a annoncé qu'il a cédé à Discovery, la maison mère de la chaîne Eurosport, les droits exclusifs, estimés à 1,3 milliard d'euros (1,36 milliard de francs), sur toutes les plates-formes. Cela comprend les chaînes de télévision gratuites, payantes, Internet et la téléphonie mobile, et ce dans toutes les langues dans 50 pays et territoires sur le continent européen, sauf en Russie.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.