La BCE croit à la reprise, mais confirme l'objectif du QE

La BCE croit à la reprise, mais confirme l'objectif du QE

Photo: Keystone

La Banque centrale européenne (BCE) n'a pas l'intention de réduire ou d'abréger son plan d'achats massifs de titres sur les marchés. Cela même si elle s'attend à voir la reprise économique s'amplifier dans la zone euro, a déclaré mercredi son président Mario Draghi.

La BCE a commencé le mois dernier à racheter en masse des obligations d'Etat pour porter à 60 milliards d'euros (62 milliards de francs) le montant mensuel global de ses achats d'actifs. Un niveau qu'elle entend maintenir jusqu'en septembre 2016 au moins pour doper le crédit et l'activité.

'Nous mettrons l'accent sur la pleine exécution de nos mesures de politique monétaire', a dit Mario Draghi lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion du Conseil des gouverneurs.

'Les achats sont prévus pour durer jusqu'à la fin septembre 2016 et, quoi qu'il en soit, jusqu'à ce que nous observions un ajustement durable de la tendance de l'inflation correspondant à notre objectif d'un taux d'inflation inférieur à, mais proche de 2% à moyen terme.' L'inflation dans la zone euro était de -0,1% en rythme annuel en mars selon les chiffres d'Eurostat.

Surpris par les spéculations

Mario Draghi s'est dit surpris par les spéculations sur l'éventualité d'un arrêt anticipé du QE, un mois seulement après sa mise en oeuvre.

'Avec ces mesures, nous contribuerons à une nouvelle amélioration des perspectives économiques, à une réduction des capacités inutilisées dans l'économie et à une reprise de la croissance de la monnaie et du crédit', a-t-il expliqué. 'A l'avenir, nous anticipons une amplification et un renforcement graduel de la reprise économique'.

La mise en oeuvre du 'QE' a déjà eu pour effet une augmentation des cours des obligations d'Etat et certains investisseurs estiment que cette hausse pourrait compliquer la tâche de la BCE en l'empêchant d'acheter des quantités suffisantes des titres les plus recherchés, comme les Bunds allemands.

De ce point de vue, 'nous ne rencontrons pas de problème', a assuré Mario Draghi, 'notre programme est suffisamment flexible quoi qu'il en soit pour être ajusté si les conditions devaient changer'.

Irruption d'une manifestante

Sa conférence de presse a été brièvement interrompue par l'irruption sur l'estrade d'une femme vêtue d'un t-shirt noir qui a crié 'A bas la dictature de la BCE!' avant d'être évacuée par des vigiles.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.