L'affaiblissement du commerce extérieur suisse se poursuit en avril

Le franc fort pèse sur les échanges en avril

Photo: Keystone

Le commerce extérieur de la Suisse a subi un ralentissement à grande échelle en avril, en raison notamment des effets de change. Les exportations ont reculé de 5,1% sur un an à 16,3 milliards de francs. Les importations ont diminué de 8,1% à 13,4 milliards.

Les prix ont fortement baissé à l'entrée comme à la sortie en raison du franc fort, a indiqué jeudi l'Administration fédérale des douanes (AFD). Ainsi, pour les exportations, les prix ont fondu de 3,8%, ce qui n'a pas empêché un recul de 5,1% en termes nominaux et de 1,3% en termes réels. La balance commerciale boucle néanmoins avec un excédent de 2,9 milliards de francs.

Trois quarts des branches exportatrices ont accusé un repli de leurs ventes. Avec un recul de 12,7% à 6,35 milliards de francs, la chimie-pharmacie subit la plus forte baisse (-12,7%), principalement à cause du revers des principes actifs et des médicaments. L'industrie des matières plastiques suit de près (-11,2%).

Le secteur des denrées alimentaires, boissons et tabacs (-8,2%) et l'industrie du papier et des arts graphiques (-7%) reculent également nettement. Parmi les perdants figurent encore l'industrie métallurgique (-3,5%), celle des machines et de l'électronique (-2,2% à 2,56 milliards de francs) - deuxième branche exportatrice derrière la pharma-chimie - et l'horlogerie (-0,8% à 1,82 milliard).

Seuls trois secteurs ont vu leurs exportations augmenter. Les instruments de précision (+1,1%) et l'industrie des textiles, habillement et chaussures (+2,6%) ont connu une croissance modeste, tandis que la bijouterie et joaillerie a bondi d'un tiers à 1,02 milliard de francs, contrastant avec les autres branches.

Europe à la peine

Par continent, les exportations ont connu des fortunes diverses. L'Afrique a le plus souffert (-31,1%), à 234 millions de francs. Plus loin, l'Amérique du Nord a reculé de 3,9% à 2,43 milliards. Pour leur part, les ventes vers l'Europe ont fléchi de 8,4% à 9,05 milliards.

Sur le Vieux-Continent, la baisse résulte en premier lieu des pays voisins. L'Autriche a particulièrement souffert (-34,6%), de même que l'Italie (-16,9%). Les exportations vers l'Allemagne, locomotive de la zone euro, ont nettement fléchi, de 13,2%, à 2,77 milliards de francs. Les ventes vers la France ont subi un contrecoup de 3,7% à 1,11 milliard.

A l'inverse, le commerce vers l'Asie a gonflé de 3,6% à 3,8 milliards de francs, où la croissance a principalement pris pied en Chine (+22%). A relever toutefois la déconvenue de Hong Kong (-29,4%), du Japon (-13%) et des Emirats arabes unis (-5,6%).

L'Amérique latine a également gagné du terrain, de 4,7%, à 529 millions de francs. La croissance a uniquement reposé sur le Mexique (+45%).

Effondrement du brut libyen

En ce qui concerne les importations, elles ont passablement subi l'effet de la baisse des cours du pétrole. Ainsi, les produits énergétiques ont vu leurs tarifs chuter de 18,7%. En termes réels, ils affichent cependant une hausse de 22,6%, note l'AFD.

Tous les continents ont courbé l'échine, à l'exception de l'Amérique du Nord (+15,9%). L'Afrique a constitué le maillon faible avec une dégradation d'un quart, résultant en grande partie de l'effondrement des arrivages de brut libyen.

L'Amérique latine (-17,1%) et l'Europe (-9,8%) ont également broyé du noir. Sur le Vieux-Continent, la France, l'Allemagne et l'Italie ont flanché entre 10 et 13%.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.