L'ONU appelle à la répartition de 200'000 réfugiés dans l'UE

L'ONU appelle à la répartition de 200'000 réfugiés dans l'UE

Photo: Keystone

Le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés (HCR) Antonio Guterres a appelé vendredi à la répartition d'au moins 200'000 demandeurs d'asile dans l'UE. Il a affirmé que tous les membres ont l'obligation de participer à ce programme de réinstallation.

'Les personnes qui ont une demande de protection valable doivent bénéficier d'un programme de réinstallation de masse, avec la participation obligatoire de tous les Etats membres de l'Union européenne (UE). Une estimation préliminaire semble indiquer un besoin d'accroître les possibilités de réinstallation de 200'000 places', a affirmé M. Guterres dans un communiqué publié à Genève.

'La crise requiert un effort commun massif qui n'est pas possible avec l'approche actuelle fragmentée', a souligné le Haut Commissaire. 'L'Europe est confrontée à son plus grand afflux de réfugiés depuis des décennies', a-t-il relevé.

Des réfugiés, pas des migrants

Antonio Guterres fait remarquer qu'il s'agit d'une crise de réfugiés, et pas seulement d'un phénomène migratoire. 'La vaste majorité de ceux qui sont arrivés en Grèce viennent de zones de conflit comme la Syrie, l'Irak ou l'Afghanistan et craignent pour leur vie', a-t-il relevé.

Plus de 300'000 personnes ont traversé la Méditerranée depuis le début de l'année, et plus de 2600 sont mortes en effectuant ce périple, selon le HCR.

'Après leur arrivée sur les côtes et les frontières de l'Europe, ils poursuivent leur voyage dans le chaos', a déploré M. Guterres, qui dénonce la façon indigne dont ces personnes sont traitées.

Appel à la solidarité

Le Haut Commissaire a estimé que la seule façon de résoudre ce problème est de mettre en place une 'stratégie commune basée sur la responsabilité, la solidarité et la confiance'. 'Aucun pays ne peut répondre seul à la crise et aucun pays ne doit refuser de prendre sa part', a-t-il insisté.

'Concrètement, cela signifie prendre des mesures urgentes et courageuses pour stabiliser la situation puis trouver un moyen de partager véritablement la responsabilité à moyen et long terme', a-t-il dit.

'L'UE doit être prête, avec le consentement et l'appui des gouvernements concernés - principalement la Grèce et la Hongrie, mais aussi l'Italie - de mettre en place des capacités' d'accueil et d'enregistrement d'urgence des personnes, a poursuivi M. Guterres. Il a également affirmé que les migrants qui n'ont pas de raison de rester en Europe devraient être renvoyés dans leur pays d'origine.

Coopération contre les passeurs

Une coopération internationale plus efficace est en outre nécessaire pour réprimer les réseaux de passeurs qui profitent de la situation en Europe. Il faut donner aux réfugiés la possibilité de rejoindre l'Europe par des voies légales en instaurant un large programme d'admission humanitaire et de réinstallation avec des quotas et l'octroi de davantage de visas.

Les programmes de réunification familiale doivent devenir une option réelle, accessible. Il faut aussi mieux soutenir les pays voisins des pays en conflit, qui accueillent neuf réfugiés sur dix, avec un financement adéquat, et traiter des racines des conflits, a conclu M. Guterres.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.