L'OCDE revoit ses prévisions pour la Suisse nettement à la baisse

L'OCDE revoit ses prévisions pour la Suisse nettement à la baisse

Photo: Keystone

L'OCDE a révisé à la baisse les perspectives économiques de la Suisse. En raison du franc fort, la croissance s'est clairement affaiblie depuis le début de l'année, indique mercredi l'organisation.

Pour la Suisse, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) table sur une croissance de 0,8% cette année et d'1,7% en 2016. En novembre dernier, ses prévisions faisaient encore état d'un taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) d'1,5% en 2015 et 2,5% en 2016.

La forte réévaluation du franc a mis un terme à la dynamique de l'économie, écrit l'OCDE dans son rapport sur les 'Perspectives économiques mondiales'. Tant les exportations et les importations se sont drastiquement réduites depuis le début de l'année.

Perte de confiance

Les chiffres d'affaires dans le commerce de détail ont également diminué depuis le début de l'année. La consommation des ménages devrait rester faible en 2015, perte de confiance oblige, prévoit l'organisation.

Le franc fort a surtout pénalisé les exportations et les investissements des entreprises. Alors que pour de nombreuses firmes exportatrices les marges étaient déjà réduites, une nouvelle baisse des bénéfices pourrait signifier un ajournement des investissements et des suppressions d'emplois.

Pour la Suisse, l'OCDE prévoit un taux de chômage à 4,5% pour 2015, et à 4,6% au sens du Bureau international du travail (BIT). Les chiffres du chômage helvétique seraient ainsi proches de ceux de l'Allemagne (4,7% en 2015 et 4,5% en 2016, ndlr).

Mais les augures de l'OCDE ne sont pas seulement sombres. Hausse des salaires réels, prix bas du pétrole et intérêts très faibles devraient soutenir la consommation. Il faut par ailleurs compter sur une accélération de la croissance des exportations à destination de l'Europe, notamment vers l'Allemagne.

Impulsion conjoncturelle possible

L'OCDE estime aussi qu'en cas de nouveau ralentissement de la croissance, la Suisse dispose d'une marge de manoeuvre pour donner une impulsion conjoncturelle fiscale grâce à ses finances publiques saines.

L'organisation mentionne encore des mesures pour soutenir la croissance. La Suisse devrait ainsi allouer plus de moyens pour la garde d'enfants et la formation des enfants de migrants. Cela permettrait de soutenir la position des femmes sur le marché de l'emploi.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.