L'Eurogroupe cherche une solution pour financer la Grèce

La réunion des ministres des Finances de la zone euro consacrée à la Grèce lundi à Bruxelles s'est soldée par un échec. Athènes a rejeté un projet de texte qui insistait sur la nécessité de prolonger le plan d'aide actuel.

La réunion s'est terminée de façon brutale peu après le rejet de ce texte, présenté par le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem.

Le gouvernement grec a rejeté dès le début de la réunion cette proposition jugée 'absurde' et 'inacceptable', estimant 'qu'en ces circonstances il ne pourrait y avoir d'accord' avec ses partenaires de la zone euro, selon une source gouvernementale grecque.

La proposition consistait à demander à Athènes d'appliquer les conditions actuelles de son plan de sauvetage. 'L'insistance de certaines personnes à demander au nouveau gouvernement grec de mettre en oeuvre le plan de sauvetage est absurde et inacceptable, et en ces circonstances il ne peut y avoir d'accord ce soir', a indiqué cette source.

Ultimatum de Bruxelles

Après l'échec de la réunion, la zone euro a donné la semaine à la Grèce pour demander comme elle l'exige une extension de son programme d'aide financière. Il est 'très clair que le prochain pas doit venir des autorités grecques (...) et au vu du calendrier, on peut utiliser cette semaine, mais c'est à peu près tout', a dit en conférence de presse Jeroen Dijsselbloem.

'Le sentiment général de l'Eurogroupe reste que la meilleure façon de procéder pour les autorités grecques est de solliciter une prolongation du programme', a-t-il ajouté. 'Cela nous permettrait de travailler à de futurs arrangements... et aux Grecs d'utiliser la forme normale de souplesse d'un programme, de changer des mesures et de mettre d'autres mesures en place'.

Plan de sauvetage

Les 19 ministres des Finances de la zone euro étaient réunis à Bruxelles pour essayer de trouver un compromis, alors que la Grèce arrive le 28 février au terme du plan de sauvetage de l'UE, et ne veut pas accepter de prolongation de ce programme.

Le nouveau gouvernement de gauche radicale en Grèce, issu des élections du 25 janvier, demande à ses partenaires du temps pour mettre en place son propre plan de réformes, et de conclure en attendant un accord-relais permettant à la Grèce de rester financée.

Le gouvernement grec veut en terminer avec le 'mémorandum' actuel. A la place, il propose un programme de réformes assoupli, sans les mesures jugées les plus antisociales. 'Nous demandons quelques mois de stabilité financière pour permettre de nous lancer dans les réformes afin de ramener la croissance et mettre fin à l'impossibilité de rembourser ce que nous devons', a plaidé le ministre grec Yanis Varoufakis dans les colonnes du 'New York Times'.

Faute d'un accord, le pays, qui ne peut emprunter qu'à des taux prohibitifs et doit faire face à d'importantes échéances de remboursement dans les mois à venir, risque de se retrouver à court d'argent, avec le risque d'une sortie de l'euro.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.