L'AG bleu devient le SwissPass rouge dès le 1er août

L'AG bleu devient le SwissPass rouge dès le 1er août

Photo: Keystone

Dès le 1er août, ceux qui veulent acheter un abonnement général ou un demi-tarif, ou qui souhaitent en prolonger la validité, recevront à la place d'une carte bleutée une carte à puce rouge baptisée 'SwissPass'. Celle-ci offrira plusieurs nouveaux services.

Les premiers mois, la nouvelle carte aura les mêmes fonctions. Dès 2016 grâce à la puce, des abonnements de services partenaires comme unireso et mobilis pourront y être chargés.

Il sera aussi possible d'acheter en ligne une carte journalière de ski et la charger sur la puce. Car le SwissPass donne également accès aux offres comme Mobility et Publibike, ainsi qu'aux remontées mécaniques.

Progressivement d'autres abonnements et billets des transports publics comme les communautés tarifaires régionales ou des services partenaires pourront également être chargés. Dans un souci de durabilité, les CFF pensent à réduire le nombre des cartes produites.

Le SwissPass, qui fonctionne déjà à titre pilote depuis le 1er juin, est rouge. Comme l'AG, il comporte la photo, le nom, le numéro de client et la date de naissance de son détenteur. Contrairement au document actuel, les informations concernant le genre d'abonnement et sa durée de validité ne sont en revanche plus sur la carte, mais sauvées de manière centralisée.

Scanner

Pour vérifier les données, le contrôleur scannera la carte à puce. Les CFF reconnaissent que cette manière de faire nécessitera davantage de temps. Trois fois plus, selon les estimations du syndicat des agents de train, une section du Syndicat du personnel des transports (SEV).

Pour l'heure, on ne s'en rend pas encore trop compte, car on a affaire à seulement cinq ou six SwissPass par train sur un tronçon Berne-Zurich. Mais quand on sait qu'aujourd'hui déjà il n'est pas évident de contrôler tous les passagers sur certaines lignes aux heures de pointe, on se demande comment les contrôleurs pourront assurer une plus forte présence auprès des voyageurs, comme le leur demande l'ex-régie.

Patience demandée

Le syndicat a déjà sensibilisé les CFF à ce problème, mais l'ex-régie n'envisage pas d'augmenter le nombre de contrôleurs, pour des raisons budgétaires, a indiqué à l'ats le vice-président du syndicat des agents de train, Pascal Fiscalini. Les CFF ont en revanche informé la clientèle de la situation, lui demandant de faire preuve de patience, ajoute le vice-président.

Le SwissPass sera reconduit automatiquement, sauf si son propriétaire en fait explicitement la demande inverse. Répondant aux critiques des organisations de consommateurs, les CFF devront avertir les usagers, 60 jours avant la prolongation automatique, de la possibilité qu'ils ont de résilier leur SwissPass, par poste, téléphone ou en ligne. Selon les statistiques, près de 60 % des clients renouvellent aujourd'hui déjà leur abonnement.

Pas de localisation

Il n'est pas possible d'être localisé uniquement avec la puce, assurent les CFF. Les gares où montent et descendent les passagers n'y sont pas enregistrées.

Le scanner enregistre pour sa part à quel moment et sur quelle ligne le client est contrôlé. Ces données, qui ne peuvent pas être remises à des fins publicitaires, seront conservées durant 90 jours, en cas de contestation, cela dans un souci de protection des données.

Pour Pro Bahn, le SwissPass ne constitue pas le plus grand problème des transports publics. Selon l'association de défense des intérêts des passagers, le chaos des tarifs entre les diverses compagnies cause avant tout souci.

Il est bien beau de pouvoir charger des abonnements de ski, mais le plus urgent pour le client est d'abord que les tarifs soient coordonnés entre les compagnies, a indiqué à l'ats Edwin Dutler, de Pro Bahn.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.