France: révolte massive des taxis contre les chauffeurs clandestins

France: le ministre de l'intérieur demande l'interdiction d'UberPOP

Photo: Keystone

Le ministre français de l'intérieur Bernard Cazeneuve a demandé jeudi au préfet de police de Paris d'interdire l'activité d'UberPOP. Ces véhicules clandestins sont considérés comme une concurrence déloyale par les chauffeurs de taxi qui manifestent dans tout le pays.

M. Cazeneuve a pris sa décision 'compte tenu des troubles graves à l'ordre public et du développement de cette activité illégale', a-t-il expliqué devant al presse.

Il a aussi demandé à l'ensemble des préfets de saisir les procureurs de la République pour qu'ils appliquent la 'plus grande fermeté' à la répression des infractions aux règles sociales et fiscales constatées de la part de la société américaine Uber avec UberPOP.

Le mouvement des chauffeurs de taxi contre les véhicules clandestins qui utilisent UberPOP pour des activités payantes de transport de passagers a été marqué jeudi par plusieurs incidents violents, notamment à Paris.

Les chauffeurs de taxi ont notamment perturbé les accès aux gares et aux aéroports parisiens ainsi que la circulation sur le boulevard périphérique de Paris, parfois au prix de tensions avec les forces de l'ordre déployées massivement.

Plusieurs incidents

Plusieurs incidents ont été signalés avec des chauffeurs UberPOP ou des VTC, notamment Porte Maillot à Paris, où deux voitures ont été retournées. 'Aucune violence n'est acceptable et nous apporterons notre soutien aux forces de l'ordre pour identifier et sanctionner les responsables', a déclaré à BFM TV le directeur général de la société de taxis parisien Taxis bleus.

'Ce sont des individus isolés qui ne représentent pas les 55'000 pères ou mères de famille qui sont chauffeurs de taxi en France aujourd'hui', a ajouté Yann Ricordel.

Vers 07h00, des forces anti-émeutes ont dû intervenir pour dégager le périphérique bloqué au niveau de cette porte très utilisée, à l'ouest de la ville, dans une odeur âcre de fumée, le claquement de pétards et le fracas de poubelles renversées.

Marseille, Toulouse et Strasbourg

Dans les Bouches-du-Rhône, les taxis ont installé plusieurs barrages filtrants à Marseille et Aix-en-Provence. Ils ont aussi bloqué les accès de la gare Saint-Charles de Marseille et de la gare TGV d'Aix-en-Provence et pris position sur l'accès principal de l'aéroport Marseille-Provence.

A Toulouse, quelque 200 taxis selon la police, 780 selon leur syndicat, ont organisé des barrages filtrants aux entrées de l'aéroport et à proximité de la gare Matabiau. A Strasbourg, les taxis ont été reçus par le préfet.

Bras de fer avec l'Etat

Depuis plusieurs mois, le groupe américain de VTC Uber s'est engagé dans un bras de fer avec l'Etat, autour de son application mobile UberPOP, un service à prix cassés qui met en relation des passagers et des conducteurs non professionnels assurant le transport avec leur véhicule personnel.

Uber revendique 400'000 utilisateurs d'UberPOP en France, où le nombre des taxis est faible. Mais les chauffeurs sont des particuliers qui ne paient ni cotisations sociales ni impôts, n'ont pas suivi les 250 heures de formation nécessaires pour obtenir un agrément et ne sont pas assurés professionnellement.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.