France: des milliers de manifestants contre la loi sur le travail

France: des milliers de manifestants contre la loi sur le travail

Photo: Keystone

Des milliers de Français ont manifesté mercredi dans tout l'Hexagone contre la réforme du droit du travail. Ils espèrent faire reculer le gouvernement socialiste sur cette 'régression historique', à un an de l'élection présidentielle. Des incidents ont eu lieu à Lyon.

La manifestation lyonnaise a rassemblé 7000 personnes selon la police et plus de 10'0000 selon les organisateurs. A l'arrivée du cortège, les forces de l'ordre ont fait usage de bombes lacrymogènes contre les manifestants qui n'ont pas suivi les consignes de dispersion et tentaient de forcer les barrages. La police a interpellé trois personnes qui jetaient des projectiles sur les CRS.

A Paris, après avoir défilé séparément sous la pluie mercredi matin, étudiants, salariés mais aussi de nombreux retraités se sont rejoints sur la place de la République avant de prendre lentement en un même cortège la direction de la place de la Nation, dans l'est de Paris.

Ils étaient plus d'une dizaine de milliers, a-t-on constaté, scandant notamment : 'Valls, Hollande, arrêtez les conneries. Retrait, retrait de la loi El Khomri'.

'Aujourd'hui plus personne ne travaille 35 heures par semaine, c'est 40 heures ou plus pour gagner sa vie. Avec cette loi, ça va être combien?', dénonçait Flora, 20 ans.

'De la chair à patrons'

'Ils nous prennent vraiment pour des cons', s'indignait Mélody, 'scandalisée' par ce gouvernement de gauche prêt selon elle à prendre à la jeunesse 'tous les droits légués par les anciens'. 'On sera jamais de la chair à patrons', lançaient des manifestants.

Dans la matinée, une centaine de lycées, dont une quarantaine en Ile-de-France, avaient fait l'objet d'un blocage, total ou filtrant, selon l'Union nationale lycéenne (UNL), un des principaux syndicats de lycéens.

La grogne porte sur une réforme du droit du travail portée par la ministre du Travail Myriam El Khomri. Ce texte a pour objectif de déverrouiller les freins à l'embauche pour infléchir le chômage endémique (10%), notamment celui des jeunes (24%).

La contestation se cristallise sur la réforme du licenciement économique et le plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif. Deux mesures perçues comme des concessions au patronat.

Les syndicats prévoient d'autres actions dans les jours à venir, notamment les 12 et 31 mars. Selon des sondages, 70% des Français sont opposés à la réforme.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.