Fini les tarifs réguliers à Bâle-Mulhouse, bonjour le roaming

Les passagers suisses devront désormais payer les tarifs surtaxés du roaming pour téléphoner avec leur appareil mobile sur le site de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Swisscom et Sunrise devront débrancher leur antenne d'ici au 24 mai sur ordre des autorités françaises.

Les négociations, menées durant des mois entre les deux opérateurs suisses, leurs homologues français et la République française ont échoué, indiquent Swisscom et Sunrise mercredi. Le camp français veut récupérer l'utilisation exclusive des fréquences à l'aéroport de Bâle-Mulhouse (EuroAirport), situé entièrement sur sol tricolore, aux portes de la cité rhénane.

Swisscom y utilise actuellement la même fréquence que les opérateurs français SFR et Orange, qui en avaient pourtant acquis une utilisation sans dérangement dans toute la France. Sunrise émet sur la fréquence de Bouygues Telecom.

En 2004, Swisscom a monté son installation près de l'EuroAirport. L'opérateur partait alors du principe que le traité international signé en 1949 entre la France et la Suisse au sujet de l'aéroport binational légitimait aussi les infrastructures de téléphonie mobile. Le cas présent montre qu'il n'en était rien.

Wifi gratuit

A l'EuroAirport, les clients de Swisscom et de Sunrise seront ainsi contraints d'utiliser le réseau du partenaire français de leur opérateur. Ils paieront donc du même coup les tarifs surtaxés du roaming s'ils veulent y téléphoner ou y surfer sur leur smartphone.

Ils auront en revanche accès au réseau wifi gratuit de l'aéroport, comme c'est déjà le cas aujourd'hui. Celui-ci sera encore étendu à l'avenir, précise la direction de l'EuroAirport.

Regrets bâlois

Miser uniquement sur les opérateurs français est la meilleure option pour garantir une bonne qualité de communication mobile, invoque-t-elle. Ce d'autant plus que les coûts du roaming ont baissé pour les personnes voyageant dans l'Union Européenne.

Les autorités de Bâle-Ville regrettent la disparition de l'antenne suisse de télécommunication à l'EuroAirport. La cause n'avait aucune chance sur le plan juridique, explique le département cantonal de l'économie, qui espère désormais des concessions de la part de la France dans d'autres domaines.

Autres points de discorde franco-suisse

La téléphonie mobile n'est qu'une petite pièce de puzzle dans le combat qui oppose la Suisse et la France à propos du statut juridique de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Le traité de 1949 présente des lacunes: les questions liées au droit du travail et à la fiscalité sont les principaux points de discorde et de négociations entre les deux pays.

En janvier, le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann et le président français François Hollande ont signé une déclaration de principe à Colmar (F) pour mettre un terme au conflit fiscal entourant l'aéroport binational. En 2012, les deux pays avaient signé une convention qui règle l'application du droit du travail dans le secteur douanier suisse de l'aéroport.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.