Exportations suisses vers l'Allemagne en repli en 2015

Exportations suisses vers l'Allemagne en repli en 2015

Photo: Keystone

Conséquence notamment de la vigueur du franc, les relations commerciales entre la Suisse et l'Allemagne, son premier partenaire, ont faibli l'an passé. Les exportations helvétiques à destination d'outre-Rhin ont fléchi de 5,1% à près de 37 millions de francs.

Quant aux livraisons allemandes en Suisse, elles ont chuté de 8,2% à 47 milliards de francs. Au final, les échanges de biens et services entre les deux pays ont fléchi de 7% à 84 milliards, non seulement bien loin du niveau record de 107 milliards affiché en 2008, mais aussi en-dessous des 89 milliards de l'année de crise 2009, écrit vendredi la Chambre de commerce Allemagne Suisse.

Malgré le repli subi l'an passé, l'Allemagne est restée le principal partenaire commercial de la Suisse, 30% des importations provenant d'outre-Rhin, devant l'Italie (10%), la France (8%), la Chine (7,4%) et les Etats-Unis (7%). Dans l'autre sens, le voisin du Nord est aussi demeuré le premier débouché des livraisons helvétiques, avec une part au total des exportations de 18%.

Tendance au repli

L'Allemagne se classe ainsi devant les Etats-Unis (14% des exportations), la France (7%), l'Italie (6,3%) et la Grande-Bretagne (5,8%). Le repli des échanges commerciaux germano-suisses, accentué l'an passé par la vigueur du franc, date cependant de plusieurs années.

Ainsi en 2008, les livraisons vers l'Allemagne représentaient 20,3% de l'ensemble des exportations helvétiques. Les importations allemandes atteignaient quant à elles 35% du total. L'évolution reflète pour l'essentiel le développement des relations commerciales entre la Suisse et les Etats-Unis d'une part, ainsi que les pays émergents, comme la Chine, d'autre part.

Le repli trouve aussi son origine dans l'appétit des deux Etats pour de nouvelles recettes, estime la chambre de commerce. Ses représentants ont ainsi mentionné devant la presse à Zurich le dédouanement des véhicules que doivent entreprendre outre-Rhin les employeurs helvétiques lorsqu'ils mettent à disposition de leurs salariés frontaliers un véhicule de l'entreprise pour un usage privé.

De son côté, la Confédération a aussi renforcé de manière marquante des mesures protectionnistes, lesquelles peuvent freiner les entreprises allemandes dans leurs visées commerciales de ce côté-ci du Rhin, selon la chambre de commerce. Et cela sans compter toute une série d'obstacles bureaucratiques.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.