Didier Burkhalter facilite la visite de touristes chinois en Suisse

Didier Burkhalter évoque la lutte contre la corruption à Pékin

Photo: Keystone

Le conseiller fédéral Didier Burkhalter a rencontré vendredi le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi. La lutte contre la corruption, le terrorisme et les droits humains se sont situés au coeur des discussions.

'Nous avons décidé de renforcer notre coopération en matière de rapatriement des personnes corrompues et des fonds' mal acquis, a déclaré M. Wang. 'Nous allons ainsi promouvoir la conclusion d'un accord d'entraide judiciaire en matière pénale' entre la Chine et la Suisse, a-t-il poursuivi.

Didier Burkalter a de son côté appelé à renforcer l'entraide en matière de cybersécurité. Il s'agit d'un 'domaine important, notamment pour lutter contre l'espionnage industriel', a-t-il souligné.

Visas touristiques

Lors de cette rencontre, les deux ministres ont également ratifié un accord autorisant la Suisse à délivrer des visas à partir de trois villes chinoises où il n’y a pas de représentation helvétique.

'Souhaité par les milieux touristiques, la convention permettra de développer le tourisme chinois en Suisse', a précisé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

L’an dernier, plus d’un million de nuitées de ressortissants chinois ont été enregistrées sur sol helvétique. Berne négocie l’ouverture de centres de visas dans d’autres villes chinoises.

Justice sans entrave

Concernant les droits de l'Homme, le conseiller fédéral a appelé à leur respect dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 'Il a également plaidé pour que les avocats puissent exercer leur travail sans contrainte', informe le DFAE, alors qu'une récente campagne de répression vise les juristes et les avocats en Chine.

Les discussions sur les droits humains doivent se poursuivre cette année en Chine, à l'occasion du dialogue bilatéral sur ce thème. L'année passée, il s'était tenu en Suisse.

Concernant la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent, le conseiller fédéral a invité Pékin à s’intéresser davantage aux activités du Fonds global contre l’extrémisme violent (GCERF) basé à Genève. Il a exhorté la Chine à envisager d’en devenir partenaire.

Corée du Nord

Sur le plan international, la Suisse et la Chine partagent une large convergence de vue sur la question de la Corée du Nord. Les deux pays se disent préoccupés par le programme nucléaire de Pyongyang. Au sujet de la crise syrienne, les deux ministres ont plaidé pour une solution politique négociée en Suisse sous l’égide l’ONU.

La gouvernance mondiale de l'eau a aussi figuré au menu des discussions. Dans ce cadre, Didier Burkhalter a rappelé que quelque 1,5 milliard de personnes vivent dans des bassins fluviaux s'étendant sur plusieurs pays en Asie.

Au niveau financier, les deux hommes se sont félicités des avancées enregistrées en 2015. 'Avec l’installation à Zurich de la China Construction Bank (CCB) et la possibilité de commercer désormais directement entre les monnaies des deux pays, la place financière suisse s’est hissée au rang de centre offshore du renminbi, à l’instar de quelques autres places financières en Europe', souligne le DFAE.

Sur le même volet économique, la Chine a invité la Suisse à participer au volet financier du G20.

Société civile

Vendredi, le chef du DFAE a par ailleurs rencontré des représentants de la société civile. Il a aussi eu une entrevue avec le conseiller d'Etat Yang Jiechi.

Les discussions bilatérales entre les deux pays se poursuivront la semaine prochaine au Forum économique mondial de Davos (GR). Le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann y rencontrera notamment le vice-président chinois.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.