Deux revendeurs prêts à s'engager pour des portables moins toxiques

Deux revendeurs prêts à s'engager pour des portables moins toxiques

Photo: Keystone

Swisscom et Sunrise sont prêts à s'engager pour des smartphones sans benzène. Ils ont entamé un dialogue avec Pain pour le prochain et Action de carême. Selon les ONG, il existe un lien entre l'exposition au benzène et les nombreux cancers parmi les ouvriers chinois.

'La pression exercée sur les revendeurs suisses de téléphonie n'a pas été vaine', se félicitent mardi Pain pour le prochain et Action de carême dans un communiqué. Swisscom et Sunrise ont répondu à l'appel lancé début septembre. Salt et Mobilezone se sont par contre montrés moins ouverts.

Le dialogue entamé avec Swisscom va permettre aux deux ONG d'accompagner le géant bleu dans sa mise en place d'une politique face au benzène. Elles le soutiendront également dans ses démarches internationales au sein de la Global e-sustainability initiative (GeSI), qui vise à abolir le benzène des chaînes de production.

Dans une prise de position diffusée cinq jours après l'appel des deux ONG, le numéro un suisse des télécommunications avait reconnu la nocivité du benzène en rapport avec la fabrication des téléphones portables, notamment en Chine. Il précisait qu'il était déjà membre de deux initiatives de la branche, la GeSI et la Joint audit coopération (JAC).

Salt et Mobilezone réticents

Quant à Sunrise, les prochaines discussions devraient permettre de planter les premiers jalons afin de renforcer sa politique de responsabilité sociétale, relèvent les deux ONG. Lors d'une première réunion, le numéro deux suisse du secteur a dit vouloir intégrer dans son rapport d'audit la question du benzène ainsi que d'autres substances nocives.

Depuis 2014, Sunrise mène ses propres enquêtes auprès de ses fournisseurs, indiquent Pain pour le prochain et Action de carême, précisant que cette procédure ne répond pas à leurs critères en termes d'indépendance notamment.

La campagne a moins fonctionné avec Salt et Mobilzone. Les deux ONG s'étaient rendu fin septembre au siège de l'opérateur à Renens (VD) et avaient cherché en vain à établir un dialogue avec l'entreprise. Les dirigeants des deux organisations n'ont pas pu franchir le sas d'entrée de l'opérateur, précisent-elles.

Enfin, Pain pour le prochain et Action de carême indiquent que Mobilezone a répondu qu'il n'a que 'peu d'influence sur les conditions de travail' dans les unités de production en tant qu'entreprise commerciale, arguant qu'il dépend des quelques acteurs sur le marché. Depuis, et malgré quelque 5000 courriels adressés au directeur de Mobilezone, les deux ONG n'ont plus de nouvelles.

Pour rappel, selon les ONG impliquées dans la campagne 'Stop benzène', ce produit hautement toxique provoque le cancer et a tué 100'000 ouvriers dans les usines chinoises.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.