Des milliers de Français contre une réforme du droit du travail

Des milliers de Français contre une réforme du droit du travail

Photo: Keystone

Remontés contre une réforme du droit du travail qu'ils qualifient de 'régression historique', des centaines de milliers de salariés et étudiants ont manifesté mercredi en France. Ils sont décidés à maintenir la pression sur le gouvernement socialiste.

Pour les syndicats qui sont à l'origine du mouvement, et ont affirmé avoir mobilisé 400'000 manifestants, c'est une 'réussite' et 'un premier avertissement' adressé au gouvernement.

De son côté, le ministère de l'Intérieur a évalué à 224'000 le nombre des personnes qui ont défilé un peu partout en France. La mobilisation de ce mercredi 'n'a pas fait la démonstration du refus de ce projet de loi', a estimé pour sa part dans la soirée le ministre des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen.

A Paris, les différents rassemblements ont totalisé 100'000 participants selon la CGT, principale centrale syndicale des salariés. Mais la police n'en a décompté que 27'000 à 29'000 dans le principal cortège dans l'est de la capitale.

Régression

L'Unef, principal syndicat étudiant, a déjà appellé à manifester à nouveau le 17 mars, avant la présentation du projet en Conseil des ministres le 24 mars. Sept syndicats ont d'ores et déjà prévu une journée de grèves et de manifestations le 31 mars.

Au coeur de la contestation, une réforme censée fluidifier le marché du travail et favoriser l'embauche dans un pays où le chômage est endémique. Mais cette loi est qualifiée de 'régression historique' par ses détracteurs.

Heurts à Lyon

A Lyon, la fin de la manifestation a été marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, qui ont fait usage de bombes lacrymogènes contre ceux qui tentaient de forcer les barrages. La police a interpellé trois personnes qui jetaient des projectiles sur les CRS.

Sept policiers ont été blessés et l'un d'entre eux, qui l'a été plus grièvement, a été admis à l'hôpital. Deux manifestants ont également été blessés, dont un a été hospitalisé, sans que son cas inspire de l'inquiétude, selon la préfecture du Rhône.

Transports en grève

Hasard du calendrier, l'appel coïncidait avec une grève dans les transports ferroviaires sur des revendications salariales. Avec un train sur trois en moyenne, la grève unitaire lancée par les syndicats de la SNCF pour défendre les conditions de travail des cheminots a fortement perturbé mercredi le réseau et a été suivie par un tiers des agents, selon la SNCF, la moitié selon la CGT.

Conformément aux prévisions annoncées lundi, le trafic a été fortement perturbé avec en moyenne un tiers de trains en Ile-de-France, sur les lignes régionales et la plupart des lignes TGV nationales, selon la SNCF. Le préavis déposé par les syndicats qui réclament également des embauches et une hausse générale des salaires, court jusqu'à jeudi 08h00.

Concernant les liaisons avec la Suisse, trois allers-retours ont été supprimés pour la journée de mercredi entre Genève et Paris, un entre Lausanne et la Ville lumière et une liaison entre la capitale française et Bâle, indique la société Lyria sur son site internet. Un aller-retour Genève-Nice a aussi été biffé. Deux allers-retours entre Bâle et Bruxelles ont en outre été supprimés, selon le site internet des CFF.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.